À Pékin, Belaribi a appelé à faciliter l’entrée des produits algériens : L’Algérie veut une ouverture sur le marché chinois

0
292

L’Algérie veut ouvrir davantage l’accès des produits locaux au marché chinois, dans le but d’équilibrer la balance commerciale entre les deux pays et favoriser les exportations algériennes.

PAR NABIL M.

La volonté de booster les exportations des produits algériens vers le marché chinois a été exprimée par le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville, Tarek Belaribi, lors des travaux de la 8e session de commission mixte algéro-chinoise de coopération économique, commerciale et technique, qui se sont tenus les 29 et 30 janvier en cours dans la capitale chinoise Pékin.

Au cours de cette rencontre, présidée conjointement par le ministre algérien de l’habitat et le ministre chinois du commerce, Wang Wentao, Belaribi a appelé le premier responsable du département commercial de Chine à faciliter l’entrée des produits algériens sur le marché chinois. Dans son allocution, prononcée à l’occasion de cette session dont la tenue a coïncidé avec le 65e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, Belaribi a indiqué que l’Algérie cherchait « à approfondir et à diversifier la coopération avec la Chine sur tous les niveaux, conformément aux exigences des deux pays et à la mesure du niveau de capacités naturelles et humaines dont ils disposent ».

Le ministre a souligné que depuis 2013, la Chine est considérée comme le premier fournisseur commercial de l’Algérie et le septième importateur des produits algériens, notant l’existence d’un déséquilibre dans la balance commerciale des deux pays, qui nécessite, selon lui, « davantage d’efforts pour réduire cet écart ». Dans ce sens, Belaribi a appelé la partie chinoise à faciliter l’entrée des produits algériens sur les marchés chinois en surmontant les différentes difficultés qu’ils pourraient rencontrer. Il a ainsi estimé que
la création d’une exposition permanente des produits algériens en Chine fait partie des mécanismes qui faciliteront la présence des marchandises algériennes dans ce pays partenaire.

Par ailleurs, le ministre de l’habitat a indiqué que la nouvelle réflexion de l’Algérie nouvelle a conduit à offrir toutes les facilités possibles aux investisseurs chinois, avec la possibilité d’avoir des faveurs pour bénéficier des sources d’énergie dont l’Algérie regorge, dans le cadre de la mise en œuvre de projets d’investissement. A ce titre, Belaribi a proposé d’accueillir un forum d’affaires algéro-chinois, consacré aux opportunités d’investissement disponibles en Algérie, notamment dans les secteurs prioritaires pour les deux pays.

Une ouverture aux produits algériens promise à haut niveau

Force est de constater que cette session se tient dans un contexte marqué par un essor du partenariat algéro-chinois, notamment après la visite d’Etat effectuée en juillet 2023, par le président de la République en Chine, qui a confirmé l’excellence d’une coopération solide et fructueuse. Lors de cette visite, faut-il le rappeler, Abdelmadjid Tebboune a présidé avec son homologue chinois la cérémonie de signature de 19 documents entre accords de
coopération et mémorandums d’entente concernant plusieurs secteurs et domaines de coopération commune entre les deux pays.

Au cours des entretiens entre le Tebboune et Xi Jinping, les deux parties ont convenu de l’ouverture du marché chinois aux produits algériens. Parallèlement à la visite du chef d’Etat, le ministre du commerce Tayeb Zitouni, qui a conduit la délégation algérienne dans ce pays, avait exprimé son souhait de voir la Chine renforcer sa position de premier partenaire dans le commerce algérien, qui occupe actuellement la première place avec un volume commercial très important, soulignant par la même occasion l’existence d’un déséquilibre entre les exportations et les importations des deux pays.

Zitouni a fait savoir qu’il y a un accord préliminaire, à travers le comité mixte, sur la définition d’une liste des produits qui seront exportés vers la Chine, afin qu’il y ait un équilibre dans la balance commerciale des deux pays. Rappelons qu’aujourd’hui, le volume des échanges entre l’Algérie et la Chine est estimé à près de 9 milliards de dollars, mais nettement penché en faveur des Chinois.

N. M.