L'Algérie Aujourd'hui
Dernières infos

Affaire des étudiants arnaqués : Rifka, Stanley et Ines Abdelli auditionnés

/Le Département central de lutte contre le crime organisé a depuis la mi-décembre 2021 ouvert une enquête en coordination avec la Justice, sur l’affaire des étudiants arnaqués par une agence fictive.

Plus de 75 étudiants ont été arnaqués par l’agence qui, à travers des influenceurs célèbres, leur a fait des offres attrayantes via les réseaux sociaux, les incitant à s’inscrire et à étudier au niveau des universités étrangères en Ukraine, Turquie et en Russie. Les enquêtes préliminaires ont permis de démanteler ce réseau criminel et d’arrêter les 3 principaux instigateurs de cette agence fictive dont les sièges ont été localisés dans plusieurs wilayas du pays tels qu’Alger, Annaba, Oran, mais aussi à l’étranger.

Tout le monde s’est mis à table

Depuis, l’enquête a progressé. Les 3 accusés ont été auditionnés hier, tout comme les influenceurs engagés pour vendre l’idée aux étudients. Ainsi, Farouk B., plus connu sous le surnom de Rifka, et Mohamed A., qu’on surnomme Stanley, ont répondu à la convocation de la police. Leurs dépositions ont été rendues publiques.  Celle d’Ines Abdelli, étant mineure, n’a pas été communiquée. Accompagné par son père, elle aurait fait part de sa version des faits à huis clos. Les deux jeunes hommes se sont dits «victimes» eux aussi de l’arnaque. Le propriétaire de l’agence, Oussama R., sa mère et sa secrétaire qui répond aux initiales de Lina D. se sont mis à table, expliqué leur arnaque et donné en sus les sommes touchées par les influenceurs et ceux payés par les victimes dont 35 se sont relayés au poste de police pour y faire leurs dépositions.  

Numidia Lezoul et Hichem B. toujours en fuite

La célèbre Numidia Lezoul avec ses 6 millions de followers, impliquée elle aussi dans cette affaire, n’a pas répondu à la convocation de la police. Elle est considérée comme «personne en fuite» par les services de sécurité. La chanteuse, actrice, animatrice et influenceuse s’est éclipsée des réseaux sociaux depuis l’arrestation des trois premiers suspects. Elle est recherchée activement par la police et sera appelée, dès qu’elle refera surface, de s’expliquer à son tour. Jusqu’au moment où nous mettons sous presse, elle ne s’est toujours pas présentée au poste de police. Numidia Lezoul n’est pas la seule à être en fuite puisque selon une source digne de foi, une autre personne impliquée dans cette affaire répondant au prénom de Hichem, natif de Tlemcen l’est aussi. Il n’a pas répondu aux sollicitations de la Police.

35 victimes ont fait leurs dépositions

En plus des trois influenceurs et des trois personnes arrêtées, pas moins de 35 victimes de cette escroquerie ont été reçues et auditionnées par les chargés de cette enquête. De jeunes étudiants ont été appelés à donner leur version des faits et le moins qu’on puisse dire, c’est que la plupart ont enfoncé Oussama R. le principal suspect, mais aussi ceux qui lui ont fait de la publicité sur les réseaux sociaux, à savoir Rifka, Ines Abdelli, Numidia Lezoul, Stanley et Hichem.

«Les influenceurs» seront poursuivis aussi pour transfert d’argent illicite

En plus de l’accusation pour complicité d’escroquerie, les Rifka, Stanley, Ines Abdelli et Numidia Lezoul seront en parallèle poursuivis pour transfert illicite d’argent, a-t-on appris de source officielle. Parce que l’affaire traite aussi d’un transfert illicite d’argent, en plus de l’escroquerie, et compte plus de 70 victimes, il y a de fortes chances à ce qu’elle soit transférée du tribunal de Dar El Beida au pole de Sidi Mhamed, plus compétent pour juger ce genre de dossier. Le procureur près le tribunal de Dar El Beida devrait donner une conférence de presse dans les heures qui viennent pour revenir sur cette affaire et peut-être annoncer officiellement le lieu de son traitement.

Rifka : «Je n’ai pris que 120 millions…»

Présent dans les locaux de la Police nationale, Farouk Kamel B., dit Rifka, a redit exactement la même chose que les précédentes fois. «J’ai été contacté par cette société, à savoir Future Gate via une adresse e-mail et on m’a proposé par le biais de son directeur, Oussama R. en l’occurrence de promouvoir leur projet, qui était d’envoyer des étudiants algériens poursuivre leurs études en Turquie. Pour ce qui est de ma rémunération, j’ai empoché 120 millions comme une première tranche et mensuellement, je devais toucher 40 millions. Je n’ai pris que la première tranche et c’était de l’argent cash. J’ai fait une première story, je n’ai eu aucun retour négatif. Lors de la seconde story, je me suis rendu en Turquie. J’ai été accompagné par deux étudiantes, à savoir Malak et Djihen. C’est Hocine, le responsable de Future Gate en Turquie qui a été à notre accueil. Suite à un live quelques temps plus tard, j’ai su qu’il y avait beaucoup de victimes et j’ai échangé avec plusieurs étudiants. Ils m’ont envoyé des preuves et j’ai fini par constater qu’ils étaient nombreux, du coup j’ai résilié le contrat qui me liait à cette société.»

Stanley : «Je n’ai empoché que 30 millions»

De son côté, Mohamed A. plus connu sous le surnom de Stanley, a déclaré : «J’ai été sollicité pour une publicité en début du mois de décembre passé. Cette entreprise avait pour but d’envoyer des étudiants en Ukraine et disposait de plusieurs autres filiales.  Lors des négociations, le propriétaire de cette entreprise nous a assuré que tout était en règle et que les étudiants étaient mis dans de bonnes conditions en Ukraine. J’ai empoché 30 millions et franchement ça m’a surpris car cette personne a été la seule à me payer cash mais aussi avant même de lui avoir fait la publicité sur mon compte Instagram. Je lui ai fait deux publicités, une à Alger et une autre à Oran. J’ai reçu des plaintes ensuite de la part des étudiants arnaqués et lorsque j’ai sollicité le concerné, il m’a affirmé que je n’avais pas à m’inquiéter. Il m’a assuré que c’est des envieux, sans plus. Après avoir eu des preuves, j’ai su que cette personne était un escroc, depuis, je n’ai pas cessé de dénoncer cette arnaque.»

Le propriétaire de l’agence contredit Rifka : «Il a pris 400 millions, son agent 110 M, et sa maman 120 M»

Lors de cette audition, Oussama R., principal suspect, a été invité à livrer son témoignage et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a tenté de se disculper en affirmant que lui-même ainsi que sa société ont été victimes de plusieurs coups de pression de la part des influeuceurs. Ces derniers, selon ses propos, ont empoché plusieurs sommes. «Je suis le propriétaire de la société Future Gate dont le siège social se trouve au niveau de la tour ABC à Mohammadia, nous disposons d’un autre bureau à Oran. Nous avons des partenaires en Russie, en Turquie et en Ukraine. Nous avons envoyé plus de 100 étudiants dans ces pays sans avoir le moindre problème. Pour ce qui est des sommes, certains ont payé 60 millions, d’autres 75 millions et certains même 80 millions. Pour ce qui est des influeuceurs, Rifka par exemple, j’ai une preuve que nous lui avons remis 400 millions. Son manager a pris 110 millions. Sa maman est passée au bureau et je lui ai remis 120 millions. Tout ça, sans compter les billets d’avion et les voyages qui lui ont été payés».

«Voilà ce qu’ont pris Ines, Stanley et Numidia»

«Stanley a, quant à lui, reçu dans un premier temps 35 millions puis je lui ai rajouté 70 millions et à chaque fois c’est eux qui ont réclamé d’empocher de l’argent en espèce.» En ce qui concerne Numidia Lezoul, il a dit : «Elle a pris 35 millions comme avance sans les rendre pour faire juste une petite vidéo. Par la suite, son manager s’est présenté au niveau de notre bureau pour réclamer 110 millions afin de nous faire une nouvelle pub ou une contre pub. Ines Abdelli, quant à elle, a été payé en tranches. Elle a empoché moins de 100 millions. Les influeuceurs ont exercé une pression lorsqu’ils ont vu que nous étions en difficulté afin de soigner notre image tandis que d’autres voulaient nous soustraire d’autres sommes», révèle le cerveau de l’affaire.

F. C.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus