Agriculture : Henni ouvre un dossier qui fâche

0
101
Le ministre de l'agriculture annonce la régulation de plus de 3000 contractuels

/Mohamed Abdelhafid Henni dérange, et pour cause ; des lobbies, jusque-là privilégiés et protégés par leurs amis et par des textes de loi taillés sur mesure, pourraient voir leurs affaires florissantes, s’éteindre avec ce nouveau ministre de l’Agriculture que ces anciens collègues, supérieurs et subordonnés, décrivent comme étant un homme de principe, intègre, un technocrate et un excellent commis de l’Etat. Il a jusque-là pris plusieurs mesures, mais celle concernant le cahier des charges pour l’importation du blé et des céréales a vraisemblablement eu l’effet d’une bombe chez les lobbies de ce secteur.

Quelques jours seulement après sa nomination, Mohamed Abdelhafid Henni, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, enchaine les réunions avec des cadres de son département et les directeurs d’institutions concernées. Selon un communiqué rendu public hier en début d’après-midi, Henni s’est attaqué à plusieurs points et a débattu de nombreux dossiers, notamment ceux à caractère jugé prioritaire, avec les responsables du secteur. Le ministre a évoqué le contrôle des produits agricoles de base et le démarrage de la campagne de labour- semailles 2021-2022 pour les céréales et le colza ainsi que le suivi du programme de production de maïs et d’autres sujets d’actualité.

Blé français, fin de monopole

Plus important encore, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural aurait décidé de modifier le cahier des charges pour les importations de céréales et de légumes secs. Si une telle décision a été prise, c’est tout simplement parce que certains articles, se sont avérés «conçus» spécialement pour privilégier les fournisseurs français et leur permettre de s’accaparer le marché algérien. Mohamed Abdelhafid Henni, aurait même adressé immédiatement après son installation à la tête de ce secteur, une note à l’Office national des céréales, lui ordonnant de revoir certains points dudit cahier des charges. Cette démarche a pour but de mettre fin aux avantages et préférences indirectes dont bénéficiaient certains au détriment d’autres concurrents de divers pays. Une façon donc de réduire davantage la part de la France sur le marché céréalier sachant que les importations algériennes de blé français ont déjà baissé de 56 à 24% depuis le début de l’année 2021.

F. C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici