ALGERIE-ITALIE : TOTAL ACCORD

0
21
Draghi Algérie

/En présence du président de la République algérienne Abdelmadjid Tebboune et du Premier ministre italien Mario Draghi, le PDG  de Sonatrach, Toufik Hakkar, et le PDG d’Eni, Claudio Descalzi, ont signé hier à Alger un accord qui permettra d’augmenter les quantités de gaz transportées par le pipeline TransMed / Enrico Mattei, dans le cadre des contrats de fourniture de gaz à long terme mis en place entre les deux sociétés à partir de l’automne prochain, confirmant ainsi la forte coopération entre les deux pays.

Cet accord utilisera les capacités de transport déjà disponibles pour assurer une plus grande flexibilité des approvisionnements énergétiques, fournissant progressivement des volumes croissants de gaz à partir de 2022, jusqu’à 9 milliards de mètres cubes de gaz par an en 2023/24, précise une note de ENI.

Cingolani : «3 milliards de m3 tout de suite, 6 en plus en 2023»

Le ministre de la Transition énergétique italien Roberto Cingolani a donné plus de détails : «L’accord ne se termine pas en 2024 et le débit sera constant et croissant. A partir d’Alger, nous aurons environ 3 milliards de mètres cubes de gaz en plus immédiatement, encore 6 en 2023 pour atteindre 9 milliards. Environ 3 milliards de gaz naturel et 3 milliards de GNL (gaz naturel liquéfié». La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach a révélé à son tour que cet accord «permet aussi aux deux sociétés de fixer les niveaux des prix de vente de gaz naturel, en ligne avec les conditions du marché, pour l’exercice 2022-2023 conformément aux clauses contractuelles de révision des prix.»

Les prix révisés

La signature a eu lieu lors de la rencontre du président du Conseil des ministres italien, Mario Draghi, avec le président Abdelmadjid Tebboune, suite à la signature d’une lettre d’intention plus large visant à renforcer la coopération dans le domaine de l’énergie entre le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra et le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio, au nom de leurs gouvernements respectifs, en présence du Premier ministre algérien Aïmene Benabderrahmane, du ministre algérien de l’Énergie Mohamed Arkab et du ministre italien de la Transition écologique. L’accord entre Eni et Sonatrach, dont les bases avaient été posées lors de la précédente visite à Alger de Descalzi et du ministre italien des Affaires étrangères Di Maio le 28 février dernier, a été défini et signé en un temps record. Les nouveaux volumes de gaz couverts par l’accord sont le résultat de l’étroite collaboration dans le développement de projets gaziers en amont qui, à travers l’expérience et la technologie d’Eni, apporte une accélération significative à la production du potentiel des champs algériens.

Descalzi : «C’est un jour spécial»

A l’issue de la signature, le PDG d’Eni, véritable ambassadeur sur les questions énergétiques de l’Italie, a tenu à remercier les institutions algériennes et Sonatrach : «Aujourd’hui est un jour spécial pour les relations entre l’Italie et l’Algérie, en particulier pour Eni et Sonatrach : grâce à la collaboration étroite et de longue date entre les deux sociétés, il a été possible en si peu de temps et avec un énorme effort commun de signer cet important accord qui consolide davantage le partenariat entre les entreprises et renforce la coopération entre nos pays».

Hakkar : «Eni confirme sa volonté de poursuivre ses investissements»

Toufik Hakkar, quant à lui, a estimé que cet accord signé «permet d’accélérer le développement des projets de production de gaz naturel, en conjuguant les efforts des deux sociétés, et d’augmenter les volumes de gaz exportés en utilisant les capacités disponibles du gazoduc Enrico Mattei et confirme la forte collaboration entre les deux sociétés aussi bien dans les activités d’exploration et de production d’hydrocarbures que dans le domaine des énergies nouvelles et renouvelables, telles que l’énergie solaire, l’hydrogène, les biocarburants, le captage, le stockage et l’utilisation du CO2. Il confirme ainsi la volonté d’Eni, partenaire stratégique, de poursuivre ses investissements avec Sonatrach et de renforcer sa présence en Algérie», estime la Sonatrach. Pour rappel, le président du conseil des ministres italien Mario Draghi devrait se rendre d’ici la fin du mois, au Congo, au Mozambique, en Angola, pays qui, avec le Nigeria, le Qatar, l’Égypte, l’Indonésie et l’Azerbaïdjan, devraient lui permettre de remplir ses stocks avant l’hiver et à terme d’affranchir l’Italie de la Russie.

Y. C.