Algérie-UE: Un programme de 15 millions d’euros dans le renouvelable

0
1013
Algérie-UE: Un accord de coopération dans le renouvelable

L’Algérie et l’Union européenne (UE) ont convenu d’un nouveau programme de coopération pour soutenir le développement des énergies renouvelables d’une valeur de 15 millions d’euros.

Le communiqué commun de la réunion du Dialogue politique de Haut niveau dans le domaine de l’énergie, tenue à Bruxelles, a précisé que ce programme de coopération est basé sur les priorités identifiées à travers le Dialogue entre l’Algérie et l’UE.

Il vise, précise le communiqué, à soutenir le développement de projets d’énergies renouvelables, l’intégration des renouvelables dans le système, y compris par le biais de nouvelles technologies, l’interconnexion électrique, le développement d’une économie verte de l’hydrogène, l’augmentation des énergies renouvelables dans la production et le transport d’énergie, ainsi que l’efficacité énergétique dans les bâtiments et les entreprises publiques.

Progresser davantage sur les émissions de méthane et l’hydrogène 

Les deux parties ont convenu de progresser davantage sur les émissions de méthane et l’hydrogène en facilitant et en promouvant des projets industriels pilotes, ainsi que d’organiser des ateliers réunissant des parties prenantes publiques et privées européennes et algériennes.

Les perspectives de coopération dans le domaine de l’hydrogène renouvelable ont également été discutées lors de cette réunion qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Mémorandum d’entente (MoU) sur le partenariat stratégique entre l’Algérie et l’UE dans le domaine de l’énergie signé à Alger en 2013.

Explorer la possibilité d’établir un accord sur l’hydrogène 

Le mémorandum en question vise à développer et renforcer les relations énergétiques tout en respectant l’équilibre des intérêts entre les deux parties.

Les deux parties ont exprimé, dans cette perspective, leur volonté d’explorer la possibilité d’établir un accord de coopération sur l’hydrogène afin d’identifier des actions concrètes et des projets dans ce domaine de partenariat, a ajouté le communiqué.

Les deux parties ont souligné à la fois les efforts de l’Union européenne pour augmenter et accélérer le déploiement des énergies renouvelables, avec l’hydrogène comme domaine prioritaire pour stimuler la transition verte, et la stratégie algérienne récemment adoptée pour le développement de l’hydrogène.

Considérant qu’il existait un excellent potentiel pour un partenariat fructueux et mutuellement bénéfique sur l’hydrogène renouvelable, la commissaire Simson et le ministre Arkab, se sont engagés à intensifier la coopération dans ce domaine.

Les gaz, les matériaux rares et l’électricité en discussion 

Tout en soulignant, « l’importance de l’Algérie en tant que partenaire stratégique et fiable dans l’approvisionnement énergétique de l’UE en gaz naturel », les deux parties ont convenu également, lors de cette réunion, « d’étendre la coopération à l’exploration, la production et l’utilisation de matériaux rares, notamment comme intrants dans l’industrie des composants d’installation pour la production ou le stockage d’énergie renouvelable ».

L’Algérie et l’UE ont convenu aussi, lors de la même réunion, « d’accélérer les discussions sur la coopération dans le domaine de l’électricité, en particulier sur l’interconnexion entre les réseaux électriques européens et algériens et les échanges transfrontaliers ».

Des discussions seront également engagées sur la possibilité de créer des partenariats industriels pour la fabrication d’équipements, en particulier pour le marché des énergies renouvelables.