Aoun défend El Hadjar : «Pour la 1re fois depuis des années le complexe a réalisé des bénéfices»

0
563

Par Abdellah B.

«Le complexe d’El Hadjar n’est ni un gouffre financier ni sur la voie de l’effondrement», c’est la réponse de Ali Aoun à certaines voix qui se sont élevées ces derniers temps pour critiquer la démarche du gouvernement visant à remettre sur pied ce fleuron de l’industrie sidérurgique du pays. Selon le ministre, le complexe commence à reprendre son souffle après l’application du programme de réhabilitation et de modernisation de l’usine. «Le mois dernier et pour la première fois depuis des années, le complexe a réalisé des bénéfices», révèle M. Aoun.

En effet, d’après le ministre de l’industrie et de la production pharmaceutique, Ali Aoun, un grand travail se fait pour remettre le complexe sur les rails. Il fait l’objet d’«un suivi au plus haut niveau, afin de lui permettre de consolider sa place en matière de production sidérurgique en raison de son rôle capital dans l’approvisionnement des entreprises publiques engagées dans la réalisation de projets stratégiques». «On suit de près l’application du programme tracé pour la remise sur pied du complexe et le respect de ses engagements envers les entreprises stratégiques notamment Sonatrach, Naftal, et également l’approvisionnement des stations de dessalement de l’eau de mer», indique le ministre de l’industrie.

En fait, dans le cadre de la nouvelle politique de développement, le groupe Sider se fixe de nouveaux objectifs visant à l’amélioration de sa production. Pour l’année en cours, il table sur le doublement de sa production par rapport à l’année précédente pour atteindre 600.000 t de produits ferreux plats et longs, de rond à béton, de tubes sans soudure et autres produits sidérurgiques. S’exprimant sur ce sujet, le ministre affirme que «le complexe sidérurgique d’El Hadjar est en voie d’obtenir des résultats positifs en matière de production, grâce à la mobilisation des cadres et des travailleurs, et au changement des mentalités et, partant, des modes de gestion, dans le cadre du programme de travail initialement arrêté».

Revenant sur l’incident qui s’était produit au niveau de l’unité PMA, qui est le système d’alimentation du haut fourneau, le ministre explique que «l’origine de cet incident, par hasard, est dans le circuit technologique qui alimente le haut fourneau en la matière première. Donc le problème n’est pas dans le haut fourneau», tout en rassurant sur l’existence d’un stock assez important pour couvrir les besoins des autres ateliers durant la période de réparation. «On a un stock de sécurité pour alimenter les autres unités durant cette période. Nous avons donné des instructions pour l’accélération de la réparation du système», explique-t-il.

S’exprimant sur l’origine de cet incident, le ministre affirme qu’il ne «peut dire que c’est un incident normal. Je n’accuse personne. On laisse la justice faire son travail. L’enquête est en cours. 7 personnes entre cadres et personnels de l’entreprise chargée des travaux de maintenance sont sous contrôle judiciaire», commente-t-il. Pour lui, le plus important pour le moment est de garantir la continuité de la production de l’usine. «L’importance est que l’activité de production se déroulait normalement, l’usine disposant de stocks suffisants de produits semi-finis pour couvrir l’activité des unités de production jusqu’à ce que les dommages ayant affecté le système d’extraction de poussière soient réparés». «Des mesures proactives ont été prises pour assurer la poursuite normale de l’activité de production du complexe sidérurgique d’El Hadjar tout au long de la période de réparation», affirme-t-il.

A.B.