Aoun: Un projet de fabrication locale d’aluminium en cours d’étude

0
1390
Aoun: met en garde

Le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, a annoncé, ce jeudi, l’étude, en cours, d’un projet de fabrication locale d’aluminium en partenariat entre le Holding « IMETAL » et un producteur africain de bauxite, qui est la matière première utilisée dans la production.

Aoun qui s’exprimait au Conseil de la nation, M. Aoun a expliqué que ce partenariat avec un producteur de bauxite, une matière inexistante en Algérie, permettra la mise en place d’une industrie qui répondra aux besoins du marché national en aluminium et réduira la facture d’importation de cette matière.

Toutefois, poursuit le ministre, la fabrication de l’aluminium à partir de bauxite est « polluante », ce qui nécessite de prendre toutes les précautions nécessaires pour préserver l’environnement.

Concernant l’industrie sidérurgique en Algérie, M. Aoun a indiqué qu’elle a réalisé « un grand saut qualitatif », après que les exportations ont atteint près d’un milliard de dollars.

La fabrication de tôles métalliques pour l’industrie automobile lancée à Oran avant la fin de 2024

Le ministre a affirmé que les pouvoirs publics œuvraient, dans le cadre de leur attachement aux acquis socioéconomiques, à accompagner le Complexe « Sider El Hadjar », un pionnier de l’industrie sidérurgique, pour lui permettre de reconquérir sa position au sein du tissu industriel national, et contribuer au développement économique national, à travers la concrétisation d’un plan de développement devenu aujourd’hui « nécessaire » pour se mettre au diapason des transformations technologiques et énergétiques.

M. Aoun a précisé que l’objectif principal du plan de développement du Complexe, est l’augmentation des capacités de production, ainsi que la diversification des produits de sidérurgie de haute valeur ajoutée et de qualité supérieure.

Le ministre a rappelé que la première pierre a été posée, récemment, pour l’exploitation du projet de mine de zinc et de plomb de Tala-Hamza de Oued Amizour (Béjaïa), qui contient des réserves exploitables estimées à 34 millions de tonnes pour 20 ans, ce qui est à même de développer cette filière.

D’autre part, il a indiqué que l’Algérie est passé ces trois dernières années d’un pays importateur à un pays exportateur dans le domaine de l’industrie sidérurgique, mais « des besoins persistent encore en certains types, comme les plaques métalliques utilisées dans l’industrie automobile ».

Dans ce cadre, le ministre a annoncé que « le complexe d’Oran entamera la production de cette matière avant la fin de l’année en cours ».