Après l’Allemagne, Sonatrach envisage d’étendre ses activités en Europe centrale (PDG)

0
2136
Sonatrach transformera sa ferme pilote en

Le contrat de vente de gaz naturel via le gazoduc Enrico Mattei, conclu récemment entre Sonatrach et la compagnie allemande VNG, permet à la compagnie nationale d’hydrocarbures d’envisager à l’avenir une extension de ses activités en Europe centrale, a affirmé le PDG du groupe M. Rachid Hachichi.

« Nous voyons un grand potentiel à développer encore plus cette coopération et l’étendre dans le futur à d’autres domaines de la chaine de valeurs énergétique. Elle nous permet également d’envisager une extension de nos activités en Europe centrale à l’avenir », a assuré M. Hachichi dans un entretien accordé à l’APS.

Il a annoncé que les premières livraisons de gaz naturel, entrant dans le cadre de la mise en œuvre de ce premier contrat en son genre avec VNG, « ont déjà débuté ».

Le PDG de Sonatrach a précisé que le contrat avec la compagnie allemande s’inscrivait dans le cadre de la stratégie de diversification du portefeuille client de la compagnie nationale et de son positionnement sur des marchés en Europe, relevant que l’aboutissement des discussions entre les deux parties « renforce les partenariats commerciaux énergétiques avec l’Europe ».

Mettant en avant les nombreux atouts dont dispose le groupe énergétique national « pour défendre notre position sur le marché gazier mondial », M. Hachichi a affirmé qu’il s’agit essentiellement de « l’importance de nos réserves de gaz naturel, ce qui permet à Sonatrach de garantir un approvisionnement stable et fiable pour répondre à la demande ».

Il a rappelé, à ce titre, le dense réseau de pipelines, dont dispose le pays, d’une longueur totale de 21.190 Km, regroupant 43 canalisations équipées de 85 stations de pompage et de compression pouvant véhiculer 406 Millions de TEP par an dont 140 milliards de m3 de gaz naturel.

S’ajoutent à ce réseau d’envergure, des complexes de liquéfaction de gaz naturel (GNL) avec 55 millions de M3 GNL et de séparation de GPL (10,4 millions de tonnes) et bien d’autres installations qui facilitent l’exportation mais aussi un mode d’export le plus rentable entre gazoducs et méthaniers.

En outre, la qualité des ressources humaines et de l’expertise technique a permis au groupe de capitaliser un savoir-faire avéré, notamment dans l’exploration, la production, le transport et la transformation, ce qui a rendu possible l’optimisation des opérations et de maintenir un niveau de qualité connu, reconnu et conforme aux normes internationales d’environnement, de qualité et de sécurité, a encore souligné M. Hachichi.

Il a fait part dans ce contexte des partenariats stratégiques engagés par Sonatrach avec d’autres acteurs mondiaux de l’industrie gazière, « ce qui renforce sa position sur le marché et lui permet de bénéficier de synergies et de collaborations mutuellement avantageuses ».

« En combinant ces atouts, Sonatrach est bien positionnée pour défendre sa part de marché. Elle joue un rôle significatif dans l’industrie gazière mondiale, en réalisant ses engagements envers tous ses clients, même dans les circonstances de crise, ce qui renforce davantage sa position de fournisseur crédible et fiable », a affirmé le Pdg du groupe.

APS