Attaf à la rencontre des poids lourds du conseil de sécurité

0
623

PAR DJILALI B.

Le ministre des affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger a eu une intense activité à New York où il a rencontré plusieurs de ses homologues membres du conseil de sécurité de l’ONU, où il a été chargé par le président de la République d’assister à la séance consacrée à la Palestine.

C’est en marge de cette séance qu’Ahmed Attaf a eu des entretiens avec de nombreux diplomates, européens notamment, avec lesquels il a abordé les relations bilatérales mais aussi les questions régionales d’intérêt commun. Et la question palestinienne, à l’ordre du jour de ce conseil de sécurité.

Attaf a ainsi rencontré son homologue russe Serguei Lavrov, dont la position et le discours sur la question palestinienne convergent avec ceux de l’Algérie. « Dans le cadre de sa mission à New York pour participer à la séance de débat de haut niveau au conseil de sécurité sur le dossier palestinien, le MAE, Ahmed Attaf, a rencontré hier matin son homologue russe Serguei Lavrov », a indiqué un communiqué des AE diffusé sur la page officielle du ministère sur les réseaux sociaux. Les deux parties ont abordé, selon le document, les relations de coopération et de partenariat entre les deux pays ainsi que les voies pour coordonner ensemble au sein du conseil de sécurité. Il s’agit notamment, est-il précisé selon la même source, des questions au cœur de l’intérêt commun des deux pays, dont la question palestinienne et la situation dans la région du Sahel.

L’Algérie et la Russie partagent la même vision sur la solution à deux Etats dans la question palestinienne. Par ailleurs, la Russie a renforcé sa présence dans la région du Sahel où elle a signé des accords de coopération militaire mais aussi des accords économiques avec des pays de la sous-région. Notamment après le retrait des contingents onusiens et des forces françaises.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie algérienne a rencontré son nouvel homologue français, Stéphane Séjourné, fraîchement nommé dans le gouvernement de Gabriel Attal. Ahmed Attaf a trouvé l’occasion de renouveler ses félicitations à la nomination de M. Séjourné. Les deux hommes ont évidemment évoqué dans leur discussion les dossiers relatifs aux relations entre l’Algérie et la France. Il est question à ce sujet des échéances bilatérales en examinant les moyens de les préparer dans de bonnes conditions. L’on peut citer à ce sujet la visite de Abdelmadjid Tebboune en France qui a été reportée pour des raisons révélées
récemment par le même Ahmed Attaf dans son entretien à la chaîne qatarie Al Jazeera.
Attaf avait cité cinq raisons à l’origine du report de cette visite. Il est question du refus
du président français Emmanuel Macron de restituer des effets appartenant à l’émir
Abdelkader, mais aussi la non-maturation de certains dossiers à l’ordre du jour, en plus
des retards enregistrés dans les réunions bipartites entre des responsables gouvernementaux des deux pays. Il y a aussi la litigieuse question des visas et de l’immigration.

Le ton du communiqué des affaires étrangères est optimiste. Les deux personnalités semblent regarder de la même manière dans la même direction et s’accorder sur les moyens de traiter ensemble les dossiers en souffrance à l’origine de la perturbation du calendrier des activités arrêté d’un commun accord.

Par ailleurs, Attaf a rencontré le ministre d’Etat britannique chargé de la région Mena,
Commonwealth et des nations unies, lord Tariq Ahmed. Les discussions entre les deux
hommes ont porté sur la coordination entre les deux pays au conseil de sécurité de
l’ONU pour des objectifs de paix et de sécurité dans le monde. Ils ont également, selon
le communiqué des affaires étrangères, abordé la question palestinienne ainsi que la situation au Sahel.

D. B.