Attaf a multiplié les rencontres à New York : Alger prépare son entrée au Conseil de sécurité

0
98
Attaf a multiplié les rencontres à New York : Alger prépare son entrée au Conseil de sécurité

PAR AMAR R.

L’Algérie se prépare à prendre son siège au Conseil de sécurité des Nations unies en sa qualité de membre non permanent, et son siège au Conseil des droits de l’homme de la même organisation, en déployant en force sa diplomatie en vue d’apporter une contribution effective à l’instance onusienne et à renforcer son rôle axial dans la paix et la sécurité internationales.

Sous la houlette du président de la République Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie, qui aspire à réaffirmer sa place sur le plan international par une diplomatie active, a mis à profit les tribunes qui lui sont offertes pour mettre en exergue sa vision globale des différentes questions de l’heure, et de là, son approche des solutions aux crises auxquelles fait face le continent africain, en proie à la déstabilisation et aux secousses politiques

Pour autant, le chef de la diplomatie algérienne, Ahmed Attaf, s’est distingué par une intense activité diplomatique, en marge des travaux de la 78e AG de l’ONU, à New York, en
participant à des réunions de coordination successivement avec les représentants des cinq pays qui rejoindront le Conseil de sécurité onusien, le Comité arabo-africain, et rencontré des hauts responsables de plusieurs organisations internationales et régionales ainsi que plusieurs de ses homologues.

M. Attaf a, en effet, participé, vendredi, à New York, à une réunion ministérielle des
représentants des cinq pays qui rejoindront le Conseil de sécurité des Nations unies à partir du 1er janvier prochain, a indiqué, hier, un communiqué du ministère. Il s’agit, ajoute la même source, de « l’Algérie, la République de Corée, la Slovénie, la Sierra Léone et le Guyana, élus par l’Assemblée générale de l’ONU en juin dernier pour occuper des sièges non permanents au Conseil de sécurité pour la période 2024-2025″.

Cette rencontre a permis l' »examen des thèmes liés aux préparatifs à l’adhésion au Conseil de sécurité ainsi que les moyens de coordination et de coopération avec le reste des membres non permanents au Conseil, en vue d’apporter une contribution effective démarquant cette instance onusienne duprincipe de polarisation et de renforcer son rôle axial dans le contexte des défis de l’heure sur la paix et la sécurité internationales »,
d’après la même source.

Rapprochement arabo-africain

Dans le cadre du renforcement de la coopération et le développement des relations entre les pays arabes et africains, le chef de la diplomatie algérienne, Ahmed Attaf, avait également participé, vendredi, à New York, aux travaux de la 9e réunion ministérielle du Comité de coordination du partenariat arabo-africain.

Cette réunion a été consacrée à l’examen et à l’évaluation des progrès réalisés dans la mise en œuvre des décisions adoptées lors des sommets précédents et à la préparation du 5e Sommet arabo-africain, qui se tiendra en novembre prochain en Arabie Saoudite, précise la même source.

Dans ce cadre, M. Attaf a salué « les progrès réalisés dans la mise en œuvre des résultats du sommet de Malabo en 2016 », soulignant « la nécessité de compléter le travail institutionnel et de mettre en œuvre les mécanismes du partenariat arabo-africain dans tous les domaines d’intérêt commun ».

Le ministre a également exprimé, selon la même source, la satisfaction de l’Algérie pour les mesures prises dans le cadre de la préparation du 5e Sommet, qui réunira tous les pays des deux groupes arabe et africain. Ahmed Attaf a réaffirmé « l’engagement constant de l’Algérie à faire promouvoir cette coopération au plus haut niveau possible et à activer les facteurs de rapprochement et d’intégration qui unissent les peuples des deux espaces et préparent les relations afro-arabes pour devenir un modèle à suivre dans le travail multilatéral afin de réaliser les objectifs communs dans les domaines de la paix, de la sécurité et du développement durable ».

Le MAE rencontre les responsables d’organisations internationales et régionales

Dans ce sillage, M. Attaf s’est entretenu aussi vendredi à New York avec de hauts responsables de plusieurs organisations internationales et régionales, notamment le président de la Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest
(CEDEAO), Omar Touray, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, le vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell, et le secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix.

Ces entretiens ont porté sur « les relations de coopération et de partenariat qui lient l’Algérie à ces organisations et les perspectives de leur renforcement afin de contribuer de manière effective et efficace à la réalisation des objectifs de paix, de sécurité et de développement dans la région, à la lumière des efforts déployés par notre pays pour faire prévaloir le dialogue afin d’apaiser les situations et de résoudre les crises en cours en Libye, au Mali et au Niger », selon le ministère. Et avec plusieurs de ses homologues, le ministre a également passé en revue « les perspectives de renforcement des relations entre l’Algérie et ces pays et de préparer les prochaines échéances bilatérales », poursuit le communiqué.

Elles ont constitué, en outre, une occasion pour « échanger les vues sur nombre de questions relatives à la paix, à la sécurité et au développement, notamment dans la région du Sahel et l’Afrique du Nord », conclut le ministère.

A. R.