Attaf à partir de Dakar : «L’Algérie est aux côtés du Sénégal»

0
352
Attaf à partir de Dakar : «L’Algérie est aux côtés du Sénégal»

Le ministre des affaires étrangères Ahmed Attaf a effectué une visite de travail de deux jours au Sénégal.

A cette occasion, le chef de la diplomatie nationale a été reçu, jeudi soir à Dakar, par le président du Sénégal, Bassirou Diomaye Faye, et lui a remis une lettre de Abdelmadjid Tebboune, a rapporté un communiqué du ministère.

Dans une déclaration à la presse faite à l’issue de l’audience, Attaf a souligné l’importance accordée par Abdelmadjid Tebboune au développement des relations algéro-sénégalaises.

Poursuivant son intervention, Attaf a assuré que le président de la République est également attentif à l’impératif d’une concertation politique soutenue, régulière et permanente entre les deux pays, tant que les défis auxquels ils sont confrontés sont les mêmes dans toutes leurs aires d’appartenance commune.

«Confrontés aux mêmes défis»

Dans cette optique, Attaf a renouvelé l’engagement de l’Algérie à accompagner le Sénégal durant cette période charnière de son histoire : «Dans l’accomplissement de la grande destinée de votre grand pays, une nouvelle ère est en train de s’ouvrir. Compte tenu de l’histoire de nos deux pays, compte tenu des relations particulières qu’ils ont pu tisser et entretenir entre eux, en dépit parfois des épreuves et des adversités, et compte tenu enfin des aspirations et des ambitions communes qu’ils nourrissent, l’Algérie a à cœur d’être aux côtés du Sénégal à un moment où il entame l’écriture d’une nouvelle page de son histoire multiséculaire», a-t-il assuré.

L’envoyé spécial de Abdelmadjid Tebboune dira également que l’Algérie est prête à mobiliser ses ressources pour une concertation politique avec le Sénégal. «L’Algérie entend aussi être aux côtés du Sénégal dans cette phase à travers une plus grande mobilisation de nos ressources pour la concertation politique, eu égard aux nombreux défis qui s’imposent à nous dans cette aire d’appartenance commune, la région sahélo-saharienne qui connait une montée des périls ayant pour noms : le terrorisme, la criminalité internationale organisée, la traite des êtres humains, les reculs économiques autant que sociaux et des instabilités politiques récurrentes», a-t-il soutenu.

«Un vaste chantier attend les deux pays»

Citant les importantes victoires du continent africain, notamment la création de la zone de libre-échange, la représentation au conseil de sécurité, l’appropriation africaine en cours des missions de maintien de la paix, Attaf a souligné les principaux défis auxquels sont confrontés les pays africains : «Ces belles victoires ne peuvent à elles seules cacher les échecs tragiques. Ces échecs concernent toutes les cinq régions de notre continent insécurisées, déstabilisées et fragilisées par un grand nombre de foyers de crises, de tensions et de conflits. Au niveau de l’environnement international, a-t-il ajouté, ses signes distinctifs actuels ne sont pas rassurants non plus. Il y a le système de sécurité collective qui montre ses limites, il y a le multilatéralisme qui s’essouffle, le tissu de l’interdépendance qui s’effiloche et les nations unies qui voient se perdre la confiance des peuples et des Etats en elles. Là aussi, il y a un vaste chantier qui nous attend», a-t-il expliqué.

Et d’enchaîner : «Voilà les tâches que nos deux pays doivent prendre à bras-le-corps. Voilà les défis qu’ils doivent relever et les perspectives qui s’ouvrent à eux.»

Séance de travail avec la ministre sénégalaise des affaires étrangères

Après l’audience accordée par le président sénégalais, Attaf a coprésidé une séance de travail avec son homologue sénégalaise, Mme Yassine Fall.

Selon un communiqué du ministère, la séance a été consacrée à la concertation et à la coordination autour de plusieurs questions liées aux relations bilatérales et aux perspectives de leur élargissement pour englober de nouveaux domaines mutuellement bénéfiques.

Les deux parties ont également examiné les derniers développements au plan continental, en prévision des prochaines échéances au niveau de l’union africaine (UA), a précisé la même source.

O.K.