Attaf: La candidature de l’Algérie au Conseil de sécurité, un prolongement naturel de son rôle

0
265
Attaf à l'ONU

Le ministre des affaires étrangères, M. Ahmed Attaf qui a présidé, ce mercredi, une réception dans le cadre des activités visant à promouvoir et à mobiliser les soutiens à la candidature de l’Algérie à l’adhésion au conseil de sécurité pour la période 2024-2025, a prononcé une allocution au cours de laquelle il a réaffirmé les objectifs et les priorités du pays à travers sa candidature.

Devant une remarquable assistance, constituée d’ambassadeurs et de représentants des États membres des Nations Unies, Attaf a souligné le rôle que l’Algérie a joué et joue encore dans son environnement régional aux dimensions arabe et africaine et méditerranéenne, ainsi qu’au niveau international.

Tout en rappelant l’importance qu’attache l’Algérie au rôle vital des Nations Unies, les défis « graves et féroces » auxquels est confrontée cette instance internationale, les lacunes qui affligent sa performance, et la relation « spéciale » entre l’Algérie et cette organisation, Attaf a souligné l’engagement de l’Algérie à « assumer sa part du fardeau de la réalisation des objectifs inscrits dans la charte des Nations unies et à contribuer résolument aux efforts mondiaux visant à assurer un avenir meilleur à toute l’humanité ».

A ce titre, Attaf a rappelé le rôle de la diplomatie algérienne dans la promotion de la paix et de la stabilité dans son environnement régional, en étroite coordination avec les Nations Unies et les organisations régionales concernées, notamment l’Union africaine et la Ligue des États arabes.

Plus concrètement, le chef de la diplomatie algérienne a rappelé, entre autres, les résultats de la présidence algérienne au 31em Sommet arabe, ses efforts pour la réconciliation palestinienne, sa relance du processus de paix au Moyen-Orient, ses efforts pour la dotation de l’Union africaine des outils et moyens nécessaires pour mener à bien le mandat qui lui a été confié avec l’efficacité requise, sa médiation au Mali, ses efforts pour la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, la mise en œuvre de nombreux projets de développement dans les pays africains du voisinage et aussi ses efforts dans son environnement méditerranéen.

La candidature de l’Algérie, un prolongement naturel de son rôle 

A la lumière de tous ces efforts, Attaf a considéré que la candidature de l’Algérie à l’adhésion au conseil de sécurité est « un prolongement naturel de son rôle et de son engagement à renforcer la coopération internationale en vue de construire un ordre mondial dans lequel paix, stabilité et la prospérité règne ».

Le ministre a expliqué que la vision algérienne se reflète dans le slogan qu’elle a choisi pour sa candidature, et également dans les priorités que notre pays s’efforcera d’obtenir au sein du Conseil de sécurité.

Attaf a, ainsi, souligné que l’Algérie œuvrera à favoriser le règlement pacifique des crises,
renforcer les partenariats et soutenir le rôle des organisations régionales, valoriser le statut des femmes et des jeunes dans les voies de la paix, et donner une plus grande impulsion à la guerre internationale contre le terrorisme.

                                                                             S.L