Attaf: « Nous sommes à un moment charnière de l’histoire de la cause palestinienne »

0
147
Attaf attendu ce lundi à Bahreïn

Le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, s’est entretenu, ce dimanche, avec le Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et des Expatriés de Palestine, M. Mohammad Mustafa.

S’exprimant à l’occasion, Attaf a souligné que la visite du Premier ministre de Palestine intervenait alors que l’agression sioniste « injuste et brutale se poursuit contre les Palestiniens, notamment dans la bande de Gaza ».

Le ministre a saisi également l’occasion pour souligner que « la nature criminelle et les desseins apparents et sous-jacents de cette agression sont désormais connus de toute la communauté internationale » et qu’ils tendent vers un même objectif : enterrer la cause palestinienne et saper son projet national authentique ».

Pour le chef de la diplomatie algérienne, il n y a point de doute que l’escalade et les provocations israélienne visent à détourner les regards de la cause palestinienne, à occulter sa réalité et à l’exclure complètement des priorités de la communauté internationale ».

Mais a t-il assuré, « nonobstant la gravité et la grande complexité de la conjoncture actuelle, nous demeurons pleinement convaincus que cette situation ne saurait aucunement entamer la détermination de nos frères palestiniens, qui écrivent des épopées avec leur résistance légendaire, brandissant l’étendard de la justice, affrontant avec résilience les massacres et la destruction et déjouant tous les complots et machinations ourdis contre eux ».

Un moment charnière après lequel rien ne sera plus comme avant

« Nous sommes sans nul doute à un moment charnière de l’histoire de la cause palestinienne, après lequel rien ne sera plus comme avant », a affirmé Attaf expliquant que cela est dû au fait que « le monde réalise pleinement aujourd’hui la nécessité, voire l’impératif, de résoudre le cœur du conflit dans son ensemble, en hâtant l’établissement de l’Etat de Palestine souverain et indépendant sur les frontières de 1967, avec El-Qods comme capitale ».

Dans ce sens, Attaf a rappelé les instructions ferme du président Tebboune, pour mettre à profit la présence de l’Algérie au Conseil de sécurité pour défendre la cause palestinienne.

Ceci, a t-il poursuivi, « afin que nous soyons à la hauteur de la responsabilité qui nous incombe et que nous contribuions, autant que faire se peut, à atténuer les souffrances de nos frères dans les territoires palestiniens occupés, en particulier dans la bande de Gaza ».

« Nos efforts au sein de cette instance onusienne internationale centrale jouissent d’une coordination totale avec nos frères palestiniens, les autres frères arabes, ainsi qu’avec tous les groupes géopolitiques auxquels nous appartenons, dont les groupes africain et islamique, en plus du Mouvement des non-alignés (MNA) », a a t-il affirmé.

Deux niveaux de priorités

Le ministre a expliqué que ces efforts visent « deux principaux niveaux de priorités, à savoir les priorités conjoncturelles pour faire cesser l’agression israélienne et traiter ses conséquences dévastatrices, d’une part, et les priorités non conjoncturelles pour préserver les fondements et les éléments constitutifs de l’Etat palestinien et mobiliser davantage de soutien international en sa faveur, d’autre part ».

Ces priorités, a t-il rappelé étaient au cœur des récents entretiens importants entre le Président Abdelmadjid Tebboune et son frère le Président Mahmoud Abbas, qui, a-t-il dit, « nous ont chargés de renforcer et d’élever le niveau de la coordination bilatérale en prévision des prochaines étapes et des échéances imminentes concernant la cause palestinienne au niveau de l’organisation onusienne, en général, et du Conseil de sécurité, en particulier ».

La réunion d’aujourd’hui revêt une importance majeure

Dans ce sillage, Attaf a affirmé que la réunion d’aujourd’hui revêt d’ailleurs « une importance majeure au regard des démarches et efforts diplomatiques communs qui nous attendent dans les jours, les semaines et les mois à venir, d’autant que le Conseil de sécurité s’apprête à rouvrir le dossier de l’adhésion de l’Etat de Palestine à l’ONU en qualité de membre à part entière ».

Il a en outre rappelé que le président de la République n’a eu de cesse d’affirmer que « l’Algérie sera toujours présente à vos côtés, ne ménagera aucun effort pour faire entendre votre voix et faire prévaloir vos intérêts au sein du Conseil de sécurité, et continuera à défendre la cause palestinienne avec dévouement et loyauté ».

Pour sa part, le Premier ministre palestinien a affirmé que son pays compte beaucoup sur l’Algérie et sur son rôle, notamment au Conseil de sécurité. « Nous misons sur ses efforts pour parvenir à l’établissement de l’Etat palestinien libre et indépendant », a-t-il dit, appelant de ses vœux « le couronnement des efforts à venir de l’Algérie en faveur de la cause palestinienne par l’acquis majeur de l’établissement de l’Etat palestinien indépendant ».