Au moins, une algérienne est violentée chaque 45 mn

0
7

Les violences perpétrées contre  les  femmes sont longtemps restées cachées, ignorées en tant que fait de société. Il a fallu attendre les années 2000 pour que les premières enquêtes sur le sujet soient réalisées et que leur ampleur soit révélée.  La gendarmerie nationale a traité au cours de cette année prés de 8000 affaires de violences contre les femmes, soit plus de 1000 par mois, 33 par jours, 1 chaque 45 minute, soit une hausse de 0,56 % comparativement à la même période de l’année écoulée. Ces chiffres effrayants ont été annoncés hier par Walid Riadh Boukabbou, représentant de la gendarmerie nationale lors de la 2éme édition de l’atelier du réseau des journalistes pour la lutte contre les violences faites aux femmes et filles, conjointement organisée par gouvernement algérien et l’ambassade des Pays-Bas en Algérie

17 % des victimes sont mineurs

L’intervenant a donné quelques autres chiffres relatifs aux violences perpétrées contre des femmes et des filles. Selon lui,  des 8000 cas recensés, 51% des faits relèvent de l’humiliation et de la menace, 38 % autres sont des agressions physiques, 4 % ont trait aux atteintes à la vie personnelle des victimes, alors que 2 % représentent les rapts de filles. En outre, 2 % également de ces dernières ont subi des actes immoraux et autant ont été incitées à l’acte sexuel, tandis que 1 % d’entre elles ont été sujettes à des harcèlements sexuels, a-t-il ajouté. S’agissant de la répartition par âge, le même responsable a précisé que 31 % des victimes des violences ont plus de 42 ans, 28 % sont âgées entre 30 et 42 ans, 24 % ont entre 18 et 30 ans et, enfin, 17 % figurent dans la tranche d’âge des moins de 18 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici