Azzedine Fridi, DG de l’Anesrif fait le point sur les travaux d’extension du réseau ferroviaire : «Le train est en marche»

0
209

/L’extension du réseau ferroviaire national et son raccordement aux pôles industriels et aux ports sont une des priorités absolues du Président Tebboune. Depuis son installation à El Mouradia, il en parle souvent en interne. Publiquement, il a fait deux annonces. La première fut à Tunis lorsqu’il a émis le souhait de réaliser une ligne Alger-Tunis, la seconde fois à Doha, c’était plus concret puisqu’il a évoqué un projet en étude avec le Qatar comme partenaire pour réaliser une ligne ferroviaire reliant le littoral algérien à Tamanrasset qui pourrait plus tard s’étendre jusqu’au Niger. Pour en parler, la radio Chaîne 3 a invité le directeur de l’Agence nationale pour l’achèvement des chemins de fer Azzedine Fridi. 

Le gouvernement a fait des régions du sud du pays une priorité dans la connexion au réseau de transport ferroviaire. A ce sujet, Fridi a révélé que ses services sont actuellement en train de préparer le lancement d’appels d’offres pour commencer l’achèvement d’un certain nombre de projets qui comprennent la liaison du nord avec les villes du sud pour le transport de marchandises et de voyageurs.

«Le sud, une priorité nationale»

«L’étude relative à la réalisation de la ligne Cheffa – Médéa – Boughzoul est terminée», a-t-il indiqué. Au sein du même axe, le responsable a révélé que des travaux sont également en cours pour achever la ligne de 250 km Boughzoul – Djelfa – Laghouat. «Le rythme de travail a atteint 80%. La ligne devant être achevée d’ici la fin de l’année en cours», dira Fridi. Concernant le projet de la ligne Laghouat-Ghardaïa-Al Ménea-Aïn Saleh, le même responsable a expliqué que les travaux liés à l’étude de la réalisation seront achevés dans le premier trimestre de l’année 2023, soulignant que «le processus de réalisation est lié à la disponibilité des financements». Enfin, et c’est l’annonce la plus importante, le DG de l’Anesrif nous fait savoir qu’«une étude pour l’achèvement de la ligne Bechar – Tindouf – Gara Djebilat sera prochainement lancée en vue du démarrage de l’exploitation des trésors que contient cette mine, assurant qu’«une liaison d’acheminement sera assurée vers les ports situés au nord du pays.»

«Le train arrivera dans la ville nouvelle de Hassi Messaoud l’année prochaine»

La ligne Touggourt-Hassi Messaoud, éminemment stratégique pour l’économie du pays, sera mise en fonction à partir du premier trimestre 2023, déclare, le Directeur Général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires. «Cette ligne s’étend sur une distance de 150 km et le taux d’achèvement a atteint 70%», dira Azzedine Fridi, qui explique par la suite le retard cumulé de la livraison de ce projet par «les obstacles naturels, notamment le limon et le sable accumulé». Pour régler ce problème, il annonce que «les institutions nationales ont eu recours aux centres de recherches dont les universités de Tlemcen et de Mécheria. Par ailleurs, Fridi a estimé que les délais de réalisation sont liés à la difficulté du terrain, ainsi qu’au grand nombre de tunnels, expliquant que «l’Agence est sur le point d’achever 55 tunnels d’une longueur de 57 km, en plus de 220 installations techniques.»

«Tous les ports nationaux seront raccordés aux pôles industriels»

Sur recommandation du chef de l’Etat tous les ports d’Algérie, dont celui de Djendjen à Jijel seront raccordés au réseau ferroviaire. Le DG de l’Anesrif a annoncé que «des préparatifs sont en cours pour achever et raccorder les grands pôles industriels avec les ports» indiquant que le nombre de ses zones est de 25. «Le complexe sidérurgique de Bellara situé à Jijel et la cimenterie de Biskra ont été récemment reliés au port de Djendjen. La longueur de la ligne Bellara-Djendjen a été estimée à 43 km», dira-t-il. Parallèlement à cela, «des institutions nationales préparent des études pour la réalisation du méga projet de transport de phosphate de Djbel El Onk à l’usine de conversion située sur la route d’Oued Kebrit-Annaba – Souk Ahras – Tébessa à une distance de 177 km. Le taux d’achèvement est actuellement estimé à 55%. «On pourrait transporter jusqu’à 100 millions de tonnes de phosphate par an», se réjouit le DG de l’Anesrif. 

La sécurité et le confort, 2 enjeux cruciaux

Dans le but d’atteindre les objectifs économiques voulus, Fridi estime qu’il est impératif de minimiser les dangers qui pourraient causer des pertes matérielles, mais aussi humaines, notamment les passages à niveau. «Nous procédons à la suppression de 119 kilomètres de passages à niveau liées aux anciennes lignes, par la même occasion, toutes ces opérations seront accompagnées par la création de déviations de conduite. 18 mois seront suffisants pour en finir avec ces passages à niveau», promet le DG de l’Anesrif. Autre moyen de sécurité des lignes ferroviaires, la signalisation, qui sert à espacer les trains et fournir les informations nécessaires sur la voie. «La signalisation est déployée automatiquement dans les nouvelles lignes avec des technologies modernes, telles le standard de communication sans fil, nommé GSMR», souligne Azzedine Fridi, qui ajoute : «Nous avons réceptionné 300 kilomètres de signalisation et 600 autres sont en cours de réalisation.» Le responsable dit à la fin que les besoins de confort du citoyen voyageur ont été pris en considération. A cet effet, «plusieurs projets de modernisation et de restauration des gares sont en cours de réalisation», conclut le premier responsable de l’Anesrif. 

Y. C.