BAC 2023 : La pression redescend d’un cran

0
199
BAC ET bem 2024

Pour la 4e journée des épreuves du baccalauréat, les candidats ont pu pousser un véritable soupir de soulagement à la veille de la fin de cet examen qui leur en a fait voir de toutes les couleurs.

PAR WAFIA SIFOUANE

Après les larmes du 3e jour suite à l’épreuve de philosophie qui en a perturbé plus d’un, les
candidats ont passé hier l’épreuve d’histoire-géographie durant la matinée et celle de tamazight pour l’après-midi.

Deux examens qui se sont déroulés dans une ambiance détendue et sans grande pression sur les candidats qui ont indiqué que les sujets étaient abordables. « Histoire-géo ne sont pas mes matières de prédilection, mais elles sont importantes car elles nous permettent de décrocher une bonne moyenne au bac si on travaille bien.

Personnellement, je ne suis pas portée sur le par-cœurisme, donc j’ai privilégié les sujets de culture générale, c’est plus facile à retenir pour moi. J’ai trouvé que les sujets étaient faciles surtout pour ceux qui se sont bien préparés », relate une jeune candidate de la filière des sciences expérimentales. Un avis soutenu par un autre candidat de la filière lettres et langues étrangères, qui affirme que les sujets étaient accessibles.

Des candidats qui se réfèrent aux prévisions

Pratique courante chez les candidats au baccalauréat : tabler sur quelques cours au détriment d’autres lors des révisions, cette méthode est pourtant loin d’être
fiable. En effet, chaque année lors des examens officiels, de nombreux candidats, se référant aux sujets des précédentes sessions et aux conseils de certains enseignants, consacrent l’ensemble de leur énergie à apprendre des leçons et en négligent d’autres.

Prétextant un volume de cours important qu’il est impossible de mémoriser dans son intégralité, ces candidats passent parfois à côté de l’essentiel qui est d’enrichir ses connaissances et sa culture.

« Pour moi, la géographie c’est dans la poche, mais pour ce qui est de l’histoire je n’ai appris
que la leçon de la guerre froide et quelques éléments de la guerre de libération nationale. Si ces deux sujets ne sont pas au menu, je suis cuit », lance un jeune candidat.*

A ses côtés, un autre candidat a fait part de son souhait de trouver des sujets liés aux cours prodigués lors du 1er trimestre. « Jusque-là, l’ensemble des sujets du baccalauréat ont abordé des cours du 3e trimestre durant lequel nous étions nombreux à ne pas aller en classe. Cela a été fait exprès pour nous servir de leçon », lance-t-il. Hélas, cette pratique
est également encouragée par certains enseignants qui, riches de leur expérience, incitent les élèves à parier sur certaines leçons.

C’est le cas d’un enseignant très connu sur les réseaux sociaux qui, à la fin de l’épreuve
de philosophie du 3e jour, s’est dépêché de mettre en ligne une vidéo dans laquelle il se vantait d’avoir vu juste dans ses prévisions. Bien que largement suivi, ce dernier a été critiqué pour avoir émis des suppositions et pris le risque d’induire ses élèves en erreur.

W. S.