Baisse des exportations du gaz via les gazoducs et hausse du GNL en mars : Les explications du GECF

0
1995
rapport de la chambre africaine de l'énergie sur les perspectives du marché gazier 2024-2030 : Le fossé se creuse entre l'offre et la demande

PAR ABDELLAH B.

Le marché gazier a enregistré durant le mois de mars dernier un déclin dû essentiellement à la situation climatique qui n’était pas en faveur d’un surplus de consommation de l’électricité en Europe, mais aussi par le recours massif des pays européens à la regazéification.

De ce fait, le Forum des pays producteurs du gaz (GECF) estime que la demande sur ce combustible connaîtra une nouvelle hausse dès le mois de mai prochain en raison des besoins des pays de l’espace Schengen pour la production de l’électricité pour la saison de l’été où le gaz représente plus de 48% du mix énergétique européen, d’après les
données du GECF.

Sur ce point, les rédacteurs du rapport en question ont fait état d’une baisse de 13% en glissement annuel dans les pays de l’Union européenne (UE), pour atteindre 34,1 milliards de mètres cubes.

Dans ce sens, pour le mois de mars dernier, le bulletin mensuel du GECF indique une baisse légère des exportations du gaz via des gazoducs vers l’UE, notamment pour la Norvège qui a connu une baisse de 39% et le deuxième fournisseur de l’Europe en GN qui est l’Algérie avec une baisse de 9% de ses exportations vers l’Italie pour se stabiliser autour de 2 milliards m3 , et une baisse de 19% des exportations vers l’Espagne avec un volume de moins d’un milliard de m3.

Globalement, le document en question indique que « les importations de l’UE par gazoduc ont drastiquement baissé de 39% pour atteindre 13,7 milliards m3 ».

Outre la question climatique qui est un facteur clé définissant l’évolution du marché
gazier, un autre facteur a été également mis en avant par les rédacteurs du rapport en question. Il s’agit du recours des pays de l’espace européen à la mise en place des systèmes de regazéification, ce qui est en faveur du marché du GNL qui a bondi de 10% durant cette période.

Les prix en hausse dès mai prochain

Dans ce sens, le bulletin du GECF indique que les exportations algériennes de GNL ont
connu une légère hausse durant le mois dernier.

L’Algérie a exporté pour 1,02 million de tonnes durant ce mois avec une hausse de 20% des expéditions via des méthaniers. Le document du GECF constate une hausse des importations de GNL de l’ordre de 10%, avec de faibles volumes arrivant des Etats-Unis qui était, l’année dernière, l’un des plus importants fournisseurs du vieux continent. Sur le marché mondial du GNL, les exportations mondiales ont atteint en mars dernier un niveau record de 36,36 millions de tonnes, ce qui représente une augmentation
de 6,5%, soit une hausse de la production de l’ordre de 2,22 millions de tonnes par ans.

Pour ce qui est de l’évolution des prix de ce combustible, l’organisation intergouvernementale prévoit un rétablissement de la demande sur le gaz, et une
légère hausse de prix pour le mois de mai prochain en raison à la fois de la reprise de la
consommation, mais aussi du besoin européen de remplir les stocks en prévision de l’hiver et qui sont actuellement de l’ordre de 59%. Des facteurs qui sont en faveur de retour à la stabilité des prix et du marché gazier.

A. B.