Belmadi tout feu tout flamme : «Faire le plein face à Djibouti et préparer le Burkina»

0
6

/Pour le coach, le match de vendredi prochain sera un bon galop de préparation pour le Burkina, et ce, pour différentes raisons : «C’est un déplacement avec un match où il y a 3 points à la clé. C’est l’avant-dernier match d’une phase qualificative à la Coupe du monde. Certes, ce n’est pas le meilleur adversaire, pas le plus coriace avec zéro point dans le groupe, mais toujours avec le sérieux et l’envie de faire le boulot et aussi le plein de points.

Au-delà des résultats, le plus important, puis il y a autre chose, peut-être une très bonne préparation pour le dernier match aussi, puisque il y a beaucoup de choses à faire dans ce match-là. Il y a des joueurs qui ont des cartons jaunes ; il va falloir faire avec. D’autres qui sont en manque de temps de jeu, d’autres qui ont joué il y a trop longtemps comme Baghdad et Benlamri ; ils ont joué le 3 ou le 4, le Djibouti c’est le 12 et le Burkina le 16. Il faut faire en sorte qu’ils restent en compétition, il faut montrer beaucoup de respect à tous les adversaires, ensuite le calcul est beaucoup plus compliqué, il y a des éléments à gérer.» Et de conclure : « Je ne veux pas donner des informations, mais le Djibouti ne va pas préparer le Burkina. Je dois respecter toutes les équipes, mais le match sera très important par le résultat et par la préparation du Burkina, en matière de temps de jeu et de cartons.»

«Malo aura ma réponse sur le terrain»

Suite aux provocations orchestrées par le coach burkinabé Kamou Malo, qui a critiqué Belmadi, l’accusant même d’avoir manqué d’humilité et de respect à son team au match joué à Marrakech, Belmadi a été sollicité pour répondre. Mais le coach national a préféré reporter sa réponse, qui sera purement sportive : «Il est responsable de ses déclarations, c’est son droit, il peut dire ce qu’il veut. On parlera sur le terrain, c’est proche, on aura l’occasion d’en parler à ce moment-là.»

«Il y a des coachs qui s’excitent devant les micros»

Sans citer de nom, Belmadi continue à attaquer le coach des Etalons. Il semble qu’il a suivi son interview sur la télévision du Burkina Faso où il se serait oublié en dévoilant une partie de ses plans. C’est du moins ce que veut nous faire comprendre Belmadi en disant : «Je regarde les conférences de presse de mes adversaires, il y a beaucoup d’enseignements à tirer, surtout qu’il y a des entraîneurs. Quand ils arrivent devant un micro, ils s’excitent et puis ils racontent leur vie. J’ai l’impression qu’on a habité ces gens-là qui estiment que le match a commencé derrière un micro. Ce n’est pas notre fonctionnement, les choses se passeront sur le terrain par rapport à ça», a-t-il conclu.

«En Afrique, des choses pas nobles se passent loin des terrains»

Concernant les tentatives des Djiboutiens et des Burkinabés de délocaliser leurs matches, Belmadi s’est félicité des interventions musclées des autorités. Il refuse toutefois de parler de complot : « Je ne veux pas prononcer le mot complot, je vous laisse le soin de le prononcer, j’ai mon travail, je me concentre sur ça. Il y a des gens qui suivent cela, chacun fait son travail et défend son pays. Nous, on défend notre équipe ; sur la pelouse, on suit comme vous ce qui se passe. Il faut faire attention à tout ça, c’est l’Afrique, il y a des choses qui se passent loin des terrains, qui ne sont pas nobles, mais on se concentre sur le terrain. On a des gens qui défendent les intérêts de l’EN. »

«On remercie les pouvoirs publics et la CAF»

Le match du Burkina se jouera devant 14.000 supporters. Le coach qui en est satisfait remercie ceux qui ont rendu cela possible : «On a beaucoup œuvré sur ça dans l’ombre ; on remercie les pouvoirs publics d’avoir ouvert le stade au public. On a fait des démarches, mais après ce sont les responsables qui décident, la CAF aussi, et tous les acteurs qui ont œuvré pour ce retour.»

«Il faut que ça se déroule bien pour avoir la capacité entière en mars»

Avant de lancer un appel, Belmadi dira : «Si l’on veut être présent au match du mois de mars, il faut que ça se passe bien dans le match du Burkina.» Et de rappeler le respect de l’hymne national : «C’est important aussi de respecter l’hymne national des autres équipes, on aime qu’on respecte le nôtre. Généralement, c’est le cas en Afrique quoique le son soit diminué lorsque c’est notre hymne national. Mais c’est très important, il faut respecter les nations, après, quand le match commence, c’est différent. C’est le minimum de fair-play. Ce sera une première pour le contrôle des pass ; il faut se montrer bon élève pour avoir la capacité du stade entière au mois de mars.»

 «Il suffit de ne pas sortir du Top 5»

«Je ne sais pas comment ils font ce calcul, mais je sais que le plus important, c’est de ne pas sortir du Top 5. Si jamais tu dois sortir, je ne pense pas que ça soit possible ; on gagne, mais on sort. On va devoir rencontrer une équipe du Top 5 ; ça sera aussi dur pour nous que pour eux. Quant aux derbys, si l’on doit sortir du Top 5 et qu’on doit jouer contre le Maroc par exemple, on ira les jouer, marhba.»

«Ça fait quelque temps que Boudaoui est blessé»

« Je ne sais pas si sa blessure va l’éloigner longtemps des terrains. Hier, son club m’a appelé ; lui aussi m’a appelé pour se plaindre de son mal qui s’est amplifié. On lui souhaite un prompt rétablissement. Je ne suis pas suspicieux, on a parlé même au DS de Nice. Il m’a appelé hier, ils avaient peur que je doute par rapport au cas de Delort. Non, je sais qu’il n’y a rien, il ne sera pas dans le groupe de Nice et ils ne feront pas ça pour le priver de sélection. On ne peut pas aussi le faire venir, ce n’est pas la peine, d’autant qu’on va partir en Egypte.»

«Baghdad au Barça, ça serait une chose extraordinaire»

L’information a fait le tour du monde, Xavi est revenu au Barça pour prendre les rênes de l’encadrement technique.

Après Al Sadd, il retrouve sa Catalogne et du coup, ça parle de plus en plus côté algérien de la possibilité de le voir emmener avec lui son meilleur attaquant au Sadd, à savoir Bounedjah. La question a été posée à Belmadi, ce dernier donne un aperçu sur la relation que les deux hommes entretiennent, mais ne dit pas plus, si ce n’est défendre le niveau du championnat qatari : «Il y a de grands joueurs arrivés au Qatar, par exemple James qui a signé à Erriane, Nzonzi…etc. quoi qu’on dise, avec les championnats qatari et saoudien t’es champion d’Afrique, ce n’est pas le meilleur championnat du monde, mais celui qui dit qu’il est facile, qu’il soit le bienvenu et qu’il nous montre.

Baghdad fait des choses extraordinaires, il a marqué l’histoire, il marque des buts là où il va, il a marqué en Algérie, la Tunisie, au Qatar, en sélection, le but de la finale de la CAN, avec ça, et on n’a pas reconnu le talent de ce joueur car il joue au Qatar alors qu’il y a des joueurs qui n’y arrivent pas, regardez Ayew il joue avec lui, aucune comparaison avec lui, je n’ai pas peur du ridicule, s’il signe dans un club européen, on prend le Barça, qui n’est plus celui de Xavi, Iniesta et Messi, dans le timing qui est le nôtre, je ne dis pas qu’il a en tête de l’emmener avec lui à Barcelone, mais je sais qu’il l’aime beaucoup, je sais qu’il a eu plusieurs fois les cartes pour ramener n’importe quel avant-centre qu’ils voulaient, ils en ont les moyens, et sur les 5 étrangers qu’ils ont, un est toujours là, c’est Baghdad, et les autres c’est discutable chez Xavi, donc Baghdad à Barcelone je ne sais pas, Xavi connaît mieux que moi, c’est lui qui a déjà en tête son fond de jeu, peut-être qu’il se dit que Baghdad fait l’affaire, peut-être pas en premier choix, ça peut être une surprise mais pas pour lui, il le connaît et connaît ses qualités, donc Dieu seul le sait, ça serait une chose extraordinaire», conclut-il.

«C’est facile de répondre à Galtier, mais…»

Même s’il l’a traité d’homme violent, Belmadi n’a pas voulu répondre au coach de Nice, Galtier entraîne 2 de nos internationaux, et Belmadi a évité de leur causer du tort : «Je n’ai pas de relations particulières avec les clubs, si ce n’est ,nos joueurs, ce sont des relations professionnelles, claires et dénuées de malveillance, hier le DS m’a appelé pour m’annoncer ce qui se passe avec Hichem, après le coach c’est le coach de notre joueur, je peux lui répondre c’est facile, surtout lui, mais on ne peut pas, alors ‘’khelli el bir bghtah’’.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici