Benchohra (SG UGCAA) : «La quantité des viandes rouges importée va réguler le marché»

0
668
Benchohra (SG UGCAA) : «La quantité des viandes rouges importée va réguler le marché»

Entretien réalisé par Adel C.

Plus que quelques jours nous séparent du début du ramadan.

Alors que la préparation pour ce mois bat son plein, Hazab Benchohra, secrétaire général de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), que nous avons eu au téléphone hier en fin d’après-midi, nous a accordé cet entretien dans lequel il a évoqué plusieurs dossiers.

Le mois de ramadan commencera dans quelques jours. Comment trouvez-vous les prix des fruits et légumes sur le marché ?

Pour commencer, je tiens à dire ramadan karim à vos lecteurs et à tout le peuple algérien. En ce qui concerne votre question, je dirais que certains prix sont un peu chers mais ça ne me surprend pas trop. Ce n’est pas une première.

A l’approche de chaque événement religieux, le prix de certains aliments grimpe sans aucune explication. Si les prix augmentent, c’est tout simplement parce qu’il y a une grande demande. Nous espérons donc qu’ils vont vite baisser.

L’Etat fait tout son possible pour que tous les produits soient disponibles, des marchés Rahma ont été ouverts.

Des efforts ont été fournis et d’autres le seront à l’avenir, nous espérons qu’ils seront bien récompensés.

Pouvez-vous nous donner plus d’informations sur les marchés Rahma ?

L’an passé, nous avons fait une erreur et nous avons fini par apprendre de nos fautes.

Lors du ramadan 2022, nous avons voulu ouvrir 1500 marchés Rahma, soit un marché dans chaque commune.

Si chaque marché est composé de dix commerçants, il fallait avoir 15.000 commerçants.

C’est un grand chiffre, surtout que la plupart des commerçants ne peuvent pas fermer leur magasin pour vendre leurs produits dans de tels espaces.

De nombreux marchés ont été fermés au bout de quelques jours, mais cette fois-ci ce ne sera pas le cas, c’est en tout cas ce que nous espérons.

Jusqu’au moment où je vous parle, presque chaque daïra a son marché Rahma. Sur 556 marchés, 551 sont déjà ouverts.

Avec une meilleure gestion, ces marchés peuvent être d’une grande utilité aux citoyens.

Il y a eu des mesures pour faire baisser les prix du poulet et des œufs, mais ils n’ont pas beaucoup chuté. Comment l’expliquez-vous ?

Pour votre information, nous avons fait quatre réunions au ministère de l’Agriculture pour traiter ce dossier.

Si le prix de la volaille a grimpé, c’est à cause de nombreuses raisons comme par exemple la flambée du coût de l’aliment de bétail atteignant jusqu’à 8500 DA le quintal. Le prix du poussin a augmenté aussi (entre 80 et 120 DA).

Après de longues discussions, il a été décidé de plafonner le prix du kilo entre 350 et 380 DA. Nous espérons que cette décision stabilisera le marché de la volaille et que les prix ne grimperont pas encore.

Ensuite, nous cherchons des solutions à long terme pour que les prix reviennent comme ils l’ont été, c’est-à-dire entre 200 et 250 DA/kg.

Le premier quota de 2500 bovins a été réceptionné dimanche à Alger. Qu’avez-vous à nous dire à propos de cette opération ?

L’Etat a promis d’importer 20.000 t de viandes rouges et 10.000 bovins ; 2500 bovins ont déjà été réceptionnés en attendant la suite.

Si tout se passe comme prévu, une telle opération régularisera les prix du marché.

C’est une grande quantité quand même, et avec une bonne distribution, les citoyens pourront avoir cet aliment à un prix meilleur que le prix actuel.

Il faut importer les agneaux pour renforcer notre cheptel après qu’il a été fortement amoindri ces dernières années.

Le ministère a annoncé une vente promotionnelle. Pouvez-vous nous de dire de quoi il s’agit exactement ?

Déjà, je trouve que c’est une bonne initiative mais nous avons refusé que les commerçants soient soumis à une autorisation pour qu’ils puissent faire les soldes.

Durant ce mois de ramadan, il y aura exceptionnellement une période de promotion.

Elle a débuté d’ailleurs et nous prions pour qu’elle soit réussie. Cette campagne a débuté timidement, j’espère que la donne va changer et plusieurs commerçants s’y mettront pour permettre aux citoyens d’avoir certains produits à de meilleurs prix.

Qu’est-ce que l’UGCAA a prévu pour ce mois de ramadan ?

Nous avons un programme que nous tenons à bien appliquer. Nous serons présents dans les marchés, qu’ils soient ceux du gros ou couverts, pour faire de la sensibilisation.

Dans toutes les wilayas, nous ferons des restos du cœur et tâcherons à ce que les commerçants fassent ce qu’il faut pour que les citoyens passent ce mois de la meilleure manière possible.

A.C.