Biens et actifs saisis par décision de justice : plusieurs sites industriels relancés

0
3045

PAR NABIL M.

De nombreuses unités industrielles relevant du secteur public et qui sont actuellement à l’arrêt par décision de justice seront bientôt relancées. La situation de ces complexes industriels, dont la plupart dépendent du secteur public, est prise en charge par le ministère de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, a révélé le premier responsable du secteur, Ali Aoun, dans un entretien accordé à un magazine spécialisé. M. Aoun a souligné qu’en vue de la relance de l’activité des biens et actifs saisis par décision de justice, « tous les efforts sont déployés pour la remise en exploitation des sites industriels concernés ». La relance de ces complexes industriels contribuera à la croissance du secteur de l’industrie et à l’approvisionnement du marché par les produits locaux.

Dans le détail, le ministre de l’Industrie a cité quelques unités de production qui sont concernées par cette relance, en l’occurrence l’EPE Kotama Agrifood, relevant de Madar Holding, qui devra produire l’huile brute et l’aliment de bétail et de l’EPE Mahroussa, relevant du holding Agrodiv, qui produit de l’huile de table et dont le groupe « contribue actuellement de manière efficace à la régulation du marché et se dirige vers la diversification de sa production, notamment pour les produits tels que les sauces, mayonnaise, savon, etc. », a-t-il fait savoir. Parmi les unités industrielles qui seront également relancées, M. Aoun a cité aussi le cas de l’EPE Tafadis, relevant de Madar Holding, sise dans la zone industrielle Larbaatache (Boumerdès) et qui compte produire du sucre raffiné et du sucre roux dans le cadre d’un nouveau projet. Outre les unités spécialisées dans l’agroalimentaire, le ministre a également évoqué celles spécialisées dans d’autres secteurs, notamment la métallurgie, à l’exemple de l’unité Alfapipe, relevant du Holding Imetal et sise à Béthioua (Oran), qui, selon le ministre, « sera remise en exploitation et produira les tubes spiralés en acier à utiliser pour le transport de l’eau et des hydrocarbures ».

L’année de la renaissance du secteur public

Pour l’année en cours, la tutelle est décidée à relancer les dizaines d’unités industrielles qui sont à l’arrêt pour diverses raisons, et redonner vie au secteur ministère de l’Industrie et de la Production pharmaceutique en coordination avec les groupes industriels et les holdings publics, a installé récemment un groupe de travail chargé d’examiner minutieusement la situation de chaque entreprise ou unité industrielle économique à l’arrêt. Soulignant auparavant que « 2024 sera l’année de la relance des entreprises », M. Aoun a souligné que la stratégie de la tutelle repose sur trois principaux axes : la réorganisation du secteur public marchand et industriel, la gouvernance des entreprises publiques économiques et la relance des EPE à l’arrêt.

Pour ce faire, un programme ambitieux qui adopte une nouvelle stratégie a été ainsi tracé, basée sur l’amélioration de la performance, la bonne gestion des entreprises économiques publiques et la levée des obstacles qui les entravent. Il est à noter qu’un grand retard a été cumulé par le secteur des entreprises publiques économiques depuis des années, et qui a mené à la fermeture de plusieurs unités dans une partie par décision de justice. Parmi le tissu industriel public constitué de 11 groupes et holdings et 182 entreprises, la levée des obstacles concerne 31 EPE à l’arrêt, tandis que la relance des EPE et des unités à l’arrêt concerne 51 entreprises.

N. M.