Boukhalfa Yaïci, président du Cluster énergie solaire : «Le plan d’action 2020/2024 du gouvernement est à l’arrêt, on est déçus»

0
8
Projet de 2000 MW : 77 offres techniques retenues

/La hausse du prix des hydrocarbures et du gaz naturel, enregistrée depuis quelque temps est une lame à double tranchant, pense Boukhalfa Yaïci. «Cette embellie est très bonne pour l’Algérie, mais j’ai l’impression qu’elle est en train de nous faire revivre les années passées et nous éloigner des objectifs tracés», indique le président du Cluster énergie solaire.

Selon lui, «la sécurité énergétique nécessite aujourd’hui une exploitation maximale de toutes les ressources existantes à travers le pays, notamment les renouvelables». L’invité de la Chaine 3 estime qu’on a perdu beaucoup de temps, puisque dans le plan d’action du gouvernement de 2020, on a prévu la production de 15.000 MW électricité à l’horizon 2035 dont 4.000 MW d’ici à 2024. «Normalement, nous sommes sur une cadence de 2000 mégawats par an, mais aujourd’hui on est en 2022 et nous n’avons encore rien vu du déploiement de ce plan d’action. Nous sommes très déçus. Le programme qui est l’un des projets phare du gouvernement ne connait pas un début d’application», regrette-t-il.

Les opérateurs appellent à libérer le cahier des charges du projet 1000 MW

M. Boukhalfa Yaïci, affirme qu’à la fin du mois de décembre 2021 il y a eu un appel d’offres pour le projet de 1000 mégawats, mais malheureusement, les cahiers des charges n’ont pas été remis aux exploitants potentiels. «Les entreprises ont payé les frais pour recevoir les cahiers des charges. Nous sommes au début du mois de février et toujours pas de suite. On est vraiment surpris», ajoute-t-il, en souhaitant que ce cahier des charges puisse être libéré pour que les entreprises puissent commencer à travailleur. Reporté à plusieurs reprises en 2022, l’appel d’offres pour la réalisation de ce projet a été lancé fin décembre dernier par le ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables qui a chargé la société, nouvellement créée, Shaems, de traiter cet appel d’offres.

Les acteurs sont prêts à travailler

Ce projet consiste en la constitution de Sociétés de Projet (SPV) chargées de réaliser un projet de centrales solaires photovoltaïques d’une capacité totale de 1.000 MW, réparties sur le territoire national, en lots de 50 à 300 MW chacune. Selon lui, les acteurs sont prêt à travailler seulement il faut de la visibilité, en d’autres termes, lancer  des actions concrètes sur le terrain. «Si la machine est mise en marche, ça va créer de la confiance chez les investisseurs et les projets commenceront à être réalisés. On va voir, donc, une création importante d’entreprises et d’emplois», conclut l’invité.

R. N.