Brics : la Chine réitère son soutien à l’Algérie

0
806
Brics la Chine réitère son soutien à l’Algérie

Par Amar R.

«La Chine voudrait renforcer davantage avec l’Algérie les échanges humains, approfondir la coopération dans divers domaines et promouvoir le partenariat stratégique global à un niveau plus élevé», a indiqué Li Jian, ambassadeur de Chine en Algérie, ajoutant que son pays «accueille favorablement l’adhésion de l’Algérie à la famille des Brics».

Dans une interview accordée à CGTN-français, l’ambassadeur Li Jian a souligné que «la Chine et l’Algérie sont liées par une forte amitié traditionnelle», rappelant que «l’Algérie est le premier pays arabe à établir le partenariat stratégique global avec la Chine, ce qui montre le haut niveau des relations bilatérales».

La Chine et l’Algérie, de «bons amis sincères»

S’exprimant dans le contexte du 65e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, l’ambassadeur de Chine en Algérie a estimé que «la Chine et l’Algérie sont de bons amis sincères qui se traitent toujours avec égalité et honnêteté», ajoutant que «la Chine et l’Algérie ne portent jamais en secret atteinte aux intérêts de l’un l’autre sous prétexte de l’amitié».

Et de rappeler que la partie chinoise reste toujours attachée aux principes de «sincérité, pragmatisme, amitié et franchise» et de «la juste conception de l’équilibre entre l’équité et l’intérêt propre».

L’ambassadeur de Chine a, en évoquant la coopération bilatérale algéro-chinoise, cité notamment le domaine des infrastructures, où «la Chine est le plus grand constructeur en Algérie.

La grande mosquée d’Alger, l’autoroute Est-Ouest et le complexe olympique d’Oran figurent dans les projets phares construits par la Chine».

Dans le domaine commercial, «la Chine reste le plus grand fournisseur de l’Algérie depuis 2013, et les produits chinois au très bon rapport qualité-prix sont à la portée des consommateurs algériens», a-t-il ajouté.

Dans le domaine industriel, la Chine est l’un des partenaires principaux pour la modernisation et l’industrialisation de l’Algérie, a-t-il poursuivi, en signalant que certaines entreprises chinoises démarreront bientôt leur coproduction automobile avec l’Algérie.

A cela s’ajoute le domaine de l’éducation et de l’enseignement universitaire, la formation à courte durée et les cours chinois dans les universités algériennes, a-t-il enchaîné, en affirmant que «la Chine forme des talents algériens de tous types».

«Au cours des soixante dernières années, la mission médicale chinoise a mis au monde plus de deux millions de nouveau-nés et a soigné d’innombrables patients», a-t-il dit encore.

Hormis cela, les principes de «sincérité, résultats effectifs, amitié et bonne foi sont importants pour construire une communauté d’avenir partagé Chine-Afrique dans une nouvelle ère», a-t-il souligné, ajoutant que «les deux pays ont forgé une amitié révolutionnaire pour la lutte contre l’hégémonie et le colonialisme».

À titre d’illustration, il a rappelé que «la Chine a soutenu l’Algérie dans sa révolution d’indépendance, et l’Algérie a soutenu la Chine dans son retour à l’ONU.

L’Algérie a rejoint le groupe des amis de l’initiative pour le développement mondial lancé par la Chine et a répondu positivement à son initiative pour la sécurité mondiale».

Un nouveau point de départ historique

La Chine accueille favorablement l’adhésion de l’Algérie à la famille des Brics, a-t-il rappelé en insistant sur le fait que «la coopération pragmatique des deux pays couvre de grands champs et présente de larges perspectives».

Cette année marque le 65e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, le 60e anniversaire de la première visite en Algérie de l’ancien premier ministre Zhou Enlai, et aussi le 60e anniversaire de l’envoi de la mission médicale chinoise en Algérie, a-t-il signalé, avant de souligner : «Notre relation se trouve à un nouveau point de départ historique.»

Enfin, «le renforcement du partenariat stratégique global sino-algérien va contribuer à la solidarité et à la coopération des pays en développement, à la construction conjointe d’une communauté de destin Chine-Afrique et une communauté de destin humain plus solide», conclut-il.

A.R.