Chanegriha rend hommage à Tebboune : «Avec lui, l’indépendance de l’Algérie a été renforcée sur le plan politique et économique»

0
491
Chanegriha rend hommage à Tébboune

Saïd Chanegriha a dit beaucoup de bien du président Tebboune qu’il a accueilli à son arrivée à l’académie de Cherchell. « Avec le président Tebboune, l’indépendance de l’Algérie a été renforcée sur le plan politique et économique », a-t-il affirmé dans son allocution.

PAR DJILALI B.

Le Chef d’État-Major de l’ANP, le général d’armée Saïd Chanegriha, a mis l’accent hier lors de son intervention à l’académie de Cherchell à l’occasion de la sortie de promotion, sur la professionnalisation de l’armée et sa formation pour s’adapter à faire face aux défis actuels et aux menaces « hybrides », a-t-il affirmé. Ce qui rend l’ANP prête et disponible pour assumer ses missions.

« Nous sommes convaincus que cette disponibilité repose essentiellement et, avant tout, sur le facteur humain, imprégné des valeurs nationales et républicaines, hautement qualifié, de par les enseignements scientifiques et militaires reçus, et conscient de l’enjeu que représente la qualité du travail, pour faire face aux défis qui s’imposent, avec l’efficacité et le professionnalisme nécessaires », a souligné le patron de l’armée nationale.

Et au chef d’état-major de préciser que l’enjeu de la qualité est devenu un impératif
pour suivre les évolutions rapides des sciences militaires et des études stratégiques. Il l’évoque sous le sceau de la conviction qui anime l’ANP. « Cette conviction est
tant et si bien ancrée en nous que nous avons toujours veillé à accorder au domaine
de la formation, dans tous ses paliers et spécialités, notamment au niveau de l’école
supérieure de guerre, tout l’intérêt et les moyens nécessaires, en prenant en ligne de
compte la nature des missions d’enseignement et de formation imparties », dit-il en
ajoutant :

« Mais également notre approche en la matière, visant à conférer à cet établissement scientifique supérieur sa dimension méritée, qui correspond à l’image de l’ANP
et à la place privilégiée qui revient à l’Algérie, tant sur le plan régional et international. » Et de donner une idée sur la formation dispensée à l’école supérieure de guerre, que l’on continue d’appeler par habitude l’académie militaire de Cherchell.

«La qualité, un enjeu majeur»

« L’école supérieure de guerre est un pôle de formation et d’enseignement de haut
niveau, qui permet à nos forces armées de se doter d’élites militaires hautement qualifiées, à même de répondre aux ambitions de notre armée et d’assumer les nobles missions assignées », a indiqué le général chanegriha, précisant la raison fondamentale de cette stratégie par le fait que « nous assistons aujourd’hui à un monde qui vit des
mutations accélérées, des défis aussi nouveaux que complexes, et des menaces
hybrides qui mettent en péril la sécurité et la stabilité politique des Etats, la cohésion
sociale et le développement tous azimuts », dit-il.

En effet, la déstabilisation que connaissent les pays voisins, particulièrement la Libye et le Mali, a eu ses effets sur l’Algérie, appelée à renforcer la sécurité à ses frontières où l’activité terroriste est toujours présente et les groupes extrémistes ont fait une jonction, pour ne pas dire établi des alliances, avec les autres groupes de trafiquants en tous genres. Cela va du trafic d’armes, de drogue jusqu’à la traite d’êtres humains en passant par la contrebande, qui représentent une importante source de financement des autres activités criminelles.

Et au général Chanegriha d’ajouter que « parmi les objectifs majeurs tracés pour notre appareil de formation militaire figure l’enjeu de la qualité, avec tout ce que ce concept renferme de sens. En effet, celleci devient une exigence pour la professionnalisation et un impératif pour se mettre en phase avec les évolutions rapides des sciences militaires et des
études stratégiques et garantir la préparation de nos élites militaires ».

D. B