Chauffages et détecteurs de monoxydes : Encore un modèle retiré !

0
147
Chauffages et détecteurs de monoxydes : Encore un modèle retiré !

Le chauffage de la marque Maxwell, de type Max RGP 14ND, s’est avéré non conforme aux normes de sécurité requises, a annoncé le ministère du commerce et de la promotion des exportations dans un communiqué rendu public hier. Il s’agit en effet du deuxième appareil de la marque Maxwell détecté, puisque jeudi dernier, le chauffage de type Max RGD 10ND a été retiré du marché.

PAR ASSIA T.

Pour ce qui est des détecteurs de monoxyde de carbone, 9 modèles ont été à présent retirés du marché. Les appareils en question sont « Atlas », « Zass Turbo » de type FG-A009, « Maxtor » de type Max-009 et « Géant » de type GN-COD01-3B, « Maxwell » et « Eyemann, Brand de type « Brand Arina », Sonaric de type « JKD-602 » et Condor de type « CMD220 ».

Ces décisions prises conformément à l’article 7 de l’arrêté interministériel du 10 novembre
2020 portant adoption du règlement technique fixant les exigences de sécurité des appareils électriques de détection de monoxyde de carbone à usage domestique interviennent « après examen minutieux de plusieurs échantillons de détecteurs de monoxyde de carbone de diverses marques commercialisées sur le marché national, au niveau des laboratoires de contrôle de qualité relevant du ministère du commerce et de la
promotion des exportations ».

« Les résultats des tests ont, en effet, révélé que les neuf marques en question ne sont pas
conformes aux normes et aux standards de sécurité en vigueur », d’après le ministère du commerce. En conséquence, le département de Tayeb Zitouni a appelé les consommateurs à « cesser l’usage desdits appareils ». Il convient de noter que des campagnes de contrôle ciblant particulièrement les chauffages et les détecteurs de monoxyde devraient bien diminuer les risques et les dangers que représentent les défaillances en termes de production des appareils. En hiver, la nécessité de se réchauffer tourne parfois mal.

Alors que les gens allument leurs appareils de chauffage pour lutter contre le froid, les services de la protection civile constatent une augmentation du nombre de personnes qui ont été exposées au monoxyde de carbone (CO). Un état de fait qui a marqué l’année en cours ainsi que la précédente. Rien que durant les premières 24 heures de l’année 2023, 17 morts par asphyxie au monoxyde de carbone ont été constatées.

Ces drames étant en lien avec « des problèmes d’installation ou autre », d’après les intervenants, avaient suscité la réaction des hautes autorités du pays. En janvier 2023, le président de la République avait donné instruction, lors d’une réunion du conseil des ministres, d’équiper « à titre gracieux » les maisons des citoyens de détecteurs de monoxyde de carbone.

Quelques jours plus tard, Sonelgaz avait annoncé qu’elle s’apprêtait à acquérir « 22 millions de détecteurs de monoxyde destinés à être distribués gratuitement aux ménages ». La production des détecteurs censée être lancée par Sonelgaz ne tarderait pas, semble-t-il. Il y a quelques jours, le PDG du groupe Sonelgaz, Mourad Adjal, a indiqué qu' »il sera procédé prochainement à la fabrication d’équipements détecteurs de monoxyde de carbone en Algérie au niveau de l’usine de la société algérienne des industries électriques et gazières (SAIEG), filiale de ce groupe ».

« Cet équipement sera fabriqué en Algérie à partir du mois de janvier prochain », a précisé Adjal, en marge d’une opération d’installation de détecteurs de monoxyde de carbone dans un domicile à Sétif.

A. T.