Claudio Descalzi, PDG d’Eni : «La part du gaz algérien en Italie passera à 38% en 2023»

0
189

Il est crucial que l’Algérie continue de garantir les approvisionnements en gaz de l’Italie, a déclaré hier le PDG de la firme énergétique italienne Eni, Claudio Descalzi, cité par l’agence Reuters. Intervenant lors d’une conférence sur l’énergie, le PDG d’ENI a fait savoir que les importations de gaz d’Algérie étaient vitales pour l’Italie, car elles remplaçaient les approvisionnements en provenance de Russie.

Selon lui, les importations de gaz en provenance d’Algérie couvriraient 38% des besoins de l’Italie l’année prochaine, contre 12% avant la crise ukrainienne. «L’Algérie atteindra 27 milliards de mètres cubes l’année prochaine, alors que la Russie comptait auparavant 29 milliards de mètres cubes. Il est crucial que l’Algérie continue comme cela. Nous nous y rendons tous les 10 jours pour nous assurer que tout va bien», a souligné Descalzi.

Pour l’hiver 2023-2024, a-t-il prévenu, l’Italie pourrait être confrontée à un déficit de gaz de 5 à 6 milliards de mètres cubes sans un nouveau terminal de regazéification. Aussi, l’Italie prévoit de mettre en place un terminal flottant de gaz naturel liquéfié (GNL), en Toscane, basé sur une unité de stockage et de regazéification, qui devrait être opérationnelle d’ici fin mars de l’année prochaine pour accroître l’offre et combler un déficit d’importations russes. «Nous avons absolument besoin d’un nouveau terminal GNL, sinon les comptes ne se seront pas bons», a insisté le PDG d’ENI.


R. A.