Communiqué de la Ligue Arabe : L’Algérie et 3 autres pays émettent des réserves

0
3715
Communiqué de la Ligue Arabe : L'Algérie et 3 autres pays émettent des réserves

PAR SAMIR LESLOUS

La ligue des Etats arabes, qui a tenu hier au Caire, en Egypte, une réunion extraordinaire au niveau ministériel à l’effet de se concerter autour des voies et moyens pouvant permettre de mettre un terme à la dangereuse escalade et à l’agression contre la bande de
Ghaza, a rendu public un communiqué contenant au total 12 points, mais dont le deuxième a été marqué par des réserves émises par 4 pays, dont l’Algérie.

Tout en réaffirmant « la centralité de la question palestinienne » et son « attachement à une paix équitable et globale basée sur la solution à deux Etats », la ligue arabe a réaffirmé, dans son communiqué final, son appel à la cessation immédiate de la guerre israélienne contre la bande de Ghaza et l’escalade dans la bande et ses environs et ce tout en appelant les parties à faire preuve de retenue et en mettant en garde contre les répercussions humanitaires et sécuritaires catastrophiques qui peuvent découler de la poursuite de cette escalade.

Dans ce sillage, la ligue a appelé à la collaboration avec la communauté internationale en vue d’agir de manière urgente et efficace en application du droit international pour protéger la sécurité de la région et sa stabilité face aux vagues de violence dont tout le monde risque de payer le prix.

Dans son communiqué, la ligue arabe a également condamné les exactions subies par le
peuple palestinien et qu’il subit encore actuellement en termes de violation de ses droits, et réitéré son appel à la levée du blocus imposé à la bande de Ghaza et permettre, ainsi, de façon immédiate l’entrée des aides humanitaires à travers les organisations onusiennes, et aussi à l’annulation des décisions injustes israéliennes d’interrompe la fourniture de la bande de Ghaza en électricité.

Les participants ont également réaffirmé le soutien de l’organisation des Etats arabes à l’attachement du peuple palestinien à demeurer sur ses terres, et ce tout en mettant en garde contre toute tentative visant à l’expulser et satisfaire son droit au retour et à l’indemnisation dans le cadre d’une solution globale en application des résolutions onusiennes en lien avec l’initiative arabe de paix.

La ligue arabe a également réaffirmé la nécessité de relancer le processus de paix et de lancer des négociations sérieuses entre l’OLP, en tant que seul représentant légitime du peuple palestinien, et Israël pour parvenir à une paix juste et équitable, et décidé de continuer à apporter un soutien politique, économique et financier à la Palestine.

Elle a également chargé, selon le communiqué, des missions de la ligue des États arabes, des conseils des ambassadeurs arabes et du groupe arabe auprès des nations unies, d’agir au niveau international pour communiquer le contenu de cette résolution et d’œuvrer avec les partenaires internationaux pour mettre un terme à l’agression israélienne contre le peuple palestinien.

A noter que le deuxième point de la déclaration n’a pas fait l’unanimité. L’Algérie refuse
en effet tout ce qui met sur un pied d’égalité les souffrances du peuple palestinien et les agressions continues de l’entité sioniste. Selon les observations portées dans le document, la délégation algérienne s’est démarquée de tout ce qui peut assimiler les victimes palestiniennes qui militent pour leur droit inaliénable à exercer leur droit à un Etat souverain sur la base des frontières de 1967, aux pratiques de l’entité sioniste qui viole les conventions et résolutions internationales les plus légitimes.

La Syrie l’Irak et la Libye ont aussi émis des réserves concernant son contenu. Tripoli a exigé carrément la suppression de la phrase « condamnent les agressions sur les civils des deux côtés ». L’Irak a émis une deuxième réserve, elle concerne la solution à deux Etats.

S. L.