Conseil de sécurité: L’Algérie exige une enquête internationale sur le génocide sioniste à Gaza

0
84
L'Algérie au Conseil de sécurité

L’Algérie exige une enquête internationale afin de mettre la lumière sur les crimes commis par l’entité sioniste dans la bande de Gaza, a déclaré lundi, au Conseil de sécurité à New York, le représentant permanent adjoint de l’Algérie auprès des Nations unies, Nassim Gaouaoui.

« Nous exhortons urgemment le Conseil (de sécurité) à agir. L’heure n’est plus au discours, mais à l’action « , a déclaré M. Gaouaoui lors de son intervention au Conseil de sécurité sur « la situation au Moyen-Orient y compris la question palestinienne ».

M. Gaouaoui a affirmé également que l’entité sioniste menait une « opération génocidaire » dans la bande de Ghaza qui pourrait déboucher sur davantage de violations du droit international et sur davantage de crimes de masse.

L’occupant se livre o une stratégie de nettoyage ethnique

Il a appelé le Conseil de sécurité à diligenter une enquête sur les crimes sionistes à Gaza. « Nous nous réunissons alors que 1,5 million de Palestiniens à Rafah sont confrontés à la perspective d’une mort imminente (…) Rafah est le dernier refuge des Ghazaouis », a-t-il dit, précisant que c’est à Rafah que se trouvaient les trois derniers hôpitaux encore opérationnels de Gaza.

Le membre de la mission permanente de l’Algérie à l’ONU a souligné qu' »en planifiant son opération militaire à Rafah, la puissance occupante se livre à une stratégie de nettoyage ethnique, exterminant les enfants ghazaouis et tout espoir d’une vie meilleure » et affirmé que  « les opérations militaires sionistes ont déjà commencé ».

Mettre un terme à l’impunité des responsables du génocide de Gaza

« C’est le moment le plus sombre de ce cauchemar qui dure maintenant depuis plus de 7 mois », a-t-il déploré, estimant urgent de mettre un terme à l’impunité des responsables du génocide qui se déroule à Gaza.

Évoquant une situation humanitaire catastrophique à Ghaza, il a signalé que l’entité sioniste contrôlait tous les points de passage vers l’enclave palestinienne, privant les Palestiniens de l’aide humanitaire. A Gaza, « la souffrance est partout », a-t-il conclu