Création d’entreprises : Le gouvernement lance une procédure de facilitation

0
455

Par Zine Haddadi

Il sera bientôt possible de créer son entreprise en un court laps de temps et ce sans se déplacer vers les administrations. Un projet de numérisation des procédures de création d’entreprise a vu le jour.
La réflexion a été engagée par le ministère du commerce et celui de l’économie du savoir et des startups cette semaine.
Lors d’une réunion tenue mardi en présence de cadres des deux départements ministériels, le ministre du commerce Tayeb Zitouni et celui de l’économie du savoir Yacine Oualid ont échangé sur les mesures à prendre dans le but de faciliter la création d’entreprise.
Cette démarche intervient alors que le processus de numérisation des services publics avance dans beaucoup de domaines. Jouissant d’une grande importance chez le président de la République, la numérisation fait partie des priorités du gouvernement Larbaoui.
Alors que la machine économique est à la relance, l’entrée de la numérisation dans les procédures de création d’entreprise n’est qu’une suite logique des facilitations en faveur des candidats à l’investissement quelle que soit son échelle.

Un processus 100% numérisé

M. Zitouni et Oualid ont convenu d’intensifier la coopération entre leurs deux ministères afin d’arriver à mettre en place des mesures visant à réduire la durée de la procédure de création d’entreprises et son coût.
Les deux parties ont établi une feuille de route afin de faire en sorte que l’opération de création d’une entreprise soit 100% numérisée « sans déplacements », « sans dépôt de documents » et « en un temps réduit ».
Pour y arriver, le ministère du commerce, tutelle du centre national du registre du commerce, et le ministère de l’économie du savoir et des startups à qui il incombe de veiller à la transformation numérique en cours en Algérie sont conscients que beaucoup de travail reste à faire.
L’opération nécessite « des efforts techniques et organisationnels », comme on peut le lire dans le communiqué commun émis par les deux ministères. Les deux départements ont également consenti à échanger les données avec les parties concernées par le projet.
Pour veiller à la bonne marche du projet de numérisation et de facilitation de la création d’entreprises, une commission technique réunissant des cadres du ministère du commerce et celui de l’économie du savoir a été mise en place.
Le centre national du registre du commerce et l’agence nationale de l’auto-entrepreneur ont également été conviés à faire partie de la commission en question pour travailler à atteindre les objectifs tracés durant cette réunion.

Faciliter l’accès à l’activité économique

Pendant longtemps, la lourdeur des procédures administratives a été décriée et considérée comme un obstacle à l’activité économique en Algérie. Le constat fait depuis déjà de longues années a laissé place aux mesures pour changer cette situation vers le mieux.
La numérisation est une des solutions pour amorcer ce changement. Avec l’entrée en vigueur du statut d’auto-entrepreneur dont l’accès se fait via une plateforme numérique, le projet de facilitation et de numérisation du processus de création d’entreprises se veut un levier de plus pour encourager l’activité économique.
L’avènement du e-commerce, qui a gagné du terrain durant la crise sanitaire où les déplacements étaient restreints, montre à quel point il est important d’aller vers des mécanismes fluides, loin des lentes procédures classiques.
A l’ère du tout connecté, l’Algérie ne veut pas rater le train de la numérisation, et faire en sorte que celle-ci contribue au développement de l’activité économique semble être l’objectif du gouvernement à travers le projet lancé par le ministère du commerce et celui de l’économie du savoir.

Z.H.