Dbeibah : «Le peuple libyen compte sur le soutien de l’Algérie»

0
8

/Le Premier ministre du gouvernement d’union nationale (GNA) libyenne, Abdelhamid Dbeibah, a souligné le rôle de l’Algérie pour le soutien de la Libye dans son processus de sortie de crise, en mettant l’accent sur les liens forts qui unissent les deux peuples algériens et libyens dans la conjoncture actuelle.

Au sortir d’une audience que lui a accordée le président de la République, Abdelmadjid Tebboune,  le Premier ministre du GNA a, en remerciant le Président Tebboune pour cette « rencontre entre frères », déclaré que sa conversation avec le président de la République était marquée par «une certaine fraternité et conseil». Dans une déclaration aux médias, en marge du 6e sommet des pays exportateurs de gaz à Doha M. Dbeibah qui dirigeait la délégation libyenne a affirmé que «l’Algérie constitue un soutien à son pays», avant d’ajouter que «le peuple libyen compte sur le soutien de l’Algérie, après Dieu, pour l’aider à retrouver la stabilité, le développement et la prospérité».  Cela intervient au lendemain de l’annonce par le Premier ministre du gouvernement d’union nationale (GNA) en Libye, M. Dbeibah, de nouvelles élections législatives après l’échec du pays à tenir des élections présidentielles le 24 décembre dernier. Le Premier ministre libyen en exercice Abdelhamid Dbeibah, dont la mission devait prendre fin à cette échéance, a réaffirmé lundi qu’il ne céderait le pouvoir qu’à un gouvernement élu, et annoncé des élections législatives avant fin juin. Le pays reste miné par les divisions entre institutions concurrentes à l’Est et à l’Ouest, la Libye s’est retrouvé avec deux Premiers ministres rivaux à Tripoli après que le Parlement siégeant à Tobrouk (Est) a désigné le 10 février l’ex-ministre de l’Intérieur Fathi Bachagha pour remplacer Abdelhamid Dbeibah à la tête du gouvernement intérimaire. Pour le président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed Al-Manfi, la première priorité en ce moment en Libye, ce n’est pas la désignation d’un nouveau gouvernement, mais plutôt la réussite du chantier de la réconciliation nationale, soulignant qu’il reste « à équidistance » de toutes les parties et institutions libyennes. Pour sa part, la conseillère spéciale du SG de l’ONU en Libye, Stephanie Williams, a déclaré lundi que le plus importent actuellement en Libye est d’œuvrer à atteindre un consensus national et international. Pour sa part, l’Algérie a réitéré par la voix du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, «le soutien indéfectible et permanent de l’Algérie aux Libyens», soulignant l’«importance d’œuvrer à booster le processus de réconciliation nationale libyenne, qui est à même de renforcer l’unité nationale et de préparer le terrain afin d’aboutir à un consensus sur les questions de désaccord entre les frères libyens».

A. R.