Déméthanisation et récupération du gaz de torchage : L’UE annonce un programme conjoint avec l’Algérie

0
1719
Le marché mondial du gaz va se redessiner à Alger

PAR ABDELLAH B.

Réduire des émissions de gaz et augmenter les exportations vers le vieux continent est au centre d’un nouveau programme, piloté par l’Algérie et l’union européenne, d’une valeur de 175 millions de dollars. L’information a été dévoilée hier par la commission européenne dans un communiqué rendu public, liée à son engagement pour l’accompagnement de l’initiative algérienne visant à la réduction des émissions et au captage du gaz de torcharge pour mettre sur le marché un produit énergétique propre.

Pour accompagner la démarche algérienne dans ce sens, la commission européenne annonce une enveloppe de 175 millions d’euros consacrée à l’encouragement des efforts consentis dans ce sens. Ainsi, la présidente Von Der Leyen a également annoncé que la commission élaborerait une feuille de route pour le déploiement mondial du programme.

« Vous collectez, nous achetons d’ici à la COP29. Ce programme incite les entreprises à capter et à commercialiser du gaz qui autrement serait gaspillé par l’évacuation et le torchage, renforçant ainsi l’action climatique et la sécurité énergétique. L’UE et
l’Algérie piloteront ensemble ce projet », lit-on dans le communiqué.

Le programme en question consiste à soutenir les efforts en matière de lutte pour le climat, d’une part, mais aussi pour l’augmentation des exportations du gaz vers l’Europe. D’après les données de la banque mondiale, le volume du gaz torché en Algérie chaque année équivaut à 9 milliards de m3 , sa récupération pourrait améliorer les exportations gazières du pays et permettre aux pays de l’union européenne d’accéder à des volumes supplémentaires en ce combustible, très convoité sur le marché international.

« L’UE apporte un soutien technique, politique et financier aux efforts de réduction des émissions de méthane à l’échelle mondiale, notamment par le biais du programme ‘Vous collectez, nous achetons’, tout en garantissant la mise en œuvre des nouvelles règles sur les émissions de méthane au niveau national », explique le communiqué de la commission européenne.

Dans ce cadre, il est à rappeler que des efforts ont été consentis par le groupe Sonatrach dans la réduction des gaz brûlés au niveau des installations gazières et pétrolières du pays, ce qui a permis la récupération de plus de 500 millions de m3 l’année dernière. Des projets en partenariat avec des grandes firmes européennes actives sur le marché algérien ont été également engagés, particulièrement avec le groupe italien ENI, et des discussions en cours avec le français Engie pour d’éventuels projets dans ce domaine.

Cette démarche entreprise par la compagnie nationale des hydrocarbures s’inscrit dans sa
nouvelle stratégie basée sur la production d’énergies « propres ». Une manière à la fois de garantir la stabilité de son marché traditionnel qui s’apprête à adopter de nouvelles normes sur les importations gazières de l’union européenne, et de l’autre marquer de son empreinte la scène internationale en termes de respect de ses engagements pour le climat
qui est devenu la problématique du siècle.

A. B.