Des investisseurs étrangers à la rescousse du tourisme algérien

0
124

/Des villages touristiques pour la relance du tourisme en Algérie. C’est le pari que s’est lancé le ministère du tourisme qui a donné le feu vert à de gros investisseurs du Qatar, d’Arabie Saoudite et du Koweït.

Le conseiller du ministre du Tourisme, Nabil Mellouk, a annoncé, hier, lors de son passage sur un plateau TV : «Des investisseurs étrangers notamment des Qataris, des Saoudiens et des Koweïtiens, avec d’importants capitaux, ont manifesté un vif intérêt pour le tourisme en Algérie. Nous leur avons ouvert les portes pour la réalisation de villages touristiques haut standing et les études ont même été lancées», a annoncé Nabil Mellouk. Des projets prometteurs qui seront implantés dans la région du sud algérien à Beni Abbès mais aussi au niveau des villes côtières tels que Skikda, El Taref et Jijel, a-t-il précisé en indiquant que des projets similaires verront également le jour dans les Hauts Plateaux. Sur le choix du type de projet, le responsable a affirmé que les villages touristiques constituent une formule actuellement en vogue et que les familles algériennes et étrangers affectionnent particulièrement. Particulièrement affecté par la crise sanitaire, le secteur du tourisme porte aussi de gros espoirs sur le tourisme saharien, a déclaré Mellouk. D’ailleurs, la tutelle compte bien faire du désert algérien le fer de lance du tourisme. Pour ce faire, en plus des investissements locaux et étrangers précités, des accords ont été signés avec de nombreux opérateurs de tourisme étrangers, des Russes en particulier, pour raviver l’activité touristique dans cette région.  «Nous avons profité de notre participation au salon international du tourisme qui a eu lieu en Russie pour approcher des opérateurs étrangers et attirer les touristes russes connus pour leur gout prononcé pour la découverte et notre désert est une destination d’excellence», a-t-il déclaré en soulignant qu’«il faut cesser de faire de la figuration et aller vers une participation qualitative dans les rendez-vous professionnels internationaux».

La fin des prix fous !

Conscient des problèmes qui rongent le secteur, notamment celui des infrastructures hôtelières ainsi que leurs prix excessifs comparés aux offres que l’on retrouve à l’étranger, le responsable a déclaré que ce sera bientôt de l’histoire ancienne avec le plafonnement des prix des hôtels via un décret exécutif qui sera prochainement publié. Un texte de loi qui promet de faire baisser considérablement les prix des chambres d’hôtels et permettre ainsi à davantage de citoyens d’y séjourner et contribuer à la relance du secteur qui est à l’agonie. Pa ailleurs, en prévision des Jeux Méditerranéens prévus à Oran, le ministère du Tourisme a procédé à la formation de nombreux jeunes guides pour accompagner les délégations participantes. «Il s’agit de jeunes diplômés que nous avons formés pour accompagner au mieux les délégations qui vont séjourner à Oran et qui pourront par la suite pratiquer le métier de guide au sein des agences et même à titre indépendant», a annoncé Mellouk en précisant que ces guides seront disponibles partout sur la ville y compris à l’aéroport.  Pour ce qui est des agences de voyages en crise depuis la pandémie et dont la majorité des propriétaires ont été contraints de mettre la clef sous le paillasson, Nabil Mellouk a affirmé que des réunions avec les représentants des agences ont été organisées par la tutelle et cela en vue de prendre en charge certaines de leurs revendications. «Des rencontres ont été organisés entre les représentants des agences touristiques et la tutelle, il y a des revendications qui ont été satisfaites et d’autres qui dépendent d’autres parties», dit-il en ajoutant que plusieurs mesures ont été prises pour une «reprise d’activité touristique progressive».

W. S.