Dessalement de l’eau de mer : l’Algérie veut exporter son expertise

0
1036
Dessalement de l'eau. Tebboune : «L'Algérie est devenue le n°1 en Afrique»

PAR NABIL M.

Pour assurer la sécurité hydrique du pays, la construction des stations de dessalement de l’eau de mer a été adoptée comme une stratégie qui a fini par permettre à l’Algérie de maîtriser toutes les techniques de ce domaine.

A présent, Sonatrach à travers sa filiale AEC se dit prête à exporter son expérience dans ce domaine. Le PDG du groupe, Rachid Hachichi, a affirmé depuis Oran que Sonatrach était prête à exporter son expérience concernant le dessalement de l’eau de mer. Selon le premier responsable du groupe, Sonatrach a acquis une expérience suffisante en matière de dessalement de l’eau de mer et dispose de compétences dans la réalisation et la gestion de ces stations. « Sonatrach est aujourd’hui présente dans diverses parties du monde et elle est en mesure de réceptionner des projets pour la réalisation et l’exploitation des stations de dessalement de l’eau de mer partout où l’occasion se présente », a-t-il assuré.

Exprimant sa satisfaction quant à la réalisation, à hauteur de 100% par des compétences algériennes de la station du Cap Blanc à Oran, Hachichi a indiqué que Sonatrach « s’engage à réaliser les cinq stations de dessalement de l’eau de mer décidées par le programme d’urgence du président afin de fournir de l’eau potable dans les délais impartis et selon les normes internationales ». En matière d’intégration dans ces stations, Hachichi a fait savoir que la réalisation et la gestion sont algériennes et que les équipements sont importés,
signalant que le taux d’intégration concernant les équipements se fera de manière progressive.

Une maîtrise «purement algérienne»

Les pouvoirs publics ne se sont pas contentés seulement de la généralisation des stations de dessalement de l’eau de mer tout le long du littoral algérien, mais ont également voulu assurer la maîtrise de la gestion et de la technologie de ces usines. Le président de la République avait ordonné, lors du conseil des ministres d’avril 2023, de généraliser les stations de dessalement de l’eau de mer tout en soulignant que « la technologie de maîtrise des stations de dessalement est devenue purement algérienne ».

Le groupe énergétique public, chargé de construire cinq stations de dessalement, a tracé une stratégie de maîtrise des outils de gestion et d’intégration de contenu local afin de réduire au maximum la dépendance aux équipements importés. L’Algerian Energy Company (AEC SPA), filiale de Sonatrach, chargée de la réalisation de ce programme, a affiché sa volonté de domicilier en Algérie la production de plusieurs équipements des stations de dessalement et à augmenter le taux d’intégration nationale en la matière.

Maximiser l’outil national

L’AEC entend ainsi attirer les entreprises spécialisées dans les technologies et les équipements des stations de dessalement de l’eau de mer, notamment les membranes d’osmose inverse, pour les produire localement à travers des contrats de partenariat et de coopération. La filiale de Sonatrach s’est engagée à maximiser la participation de l’outil national de production dans les projets en cours ou futurs. Sa stratégie vise à attirer les entreprises spécialisées en matière de dessalement de l’eau de mer à travers des contrats de partenariat, aussi bien dans la réalisation des projets que dans leur exploitation. Ce qui lui permet d’acquérir une expertise et une maîtrise dans ce domaine relativement nouveau en Algérie.

Dans une deuxième étape, l’entreprise publique est passée à la réalisation et la gestion des projets avec des compétences purement algériennes en s’appuyant sur des contrats et des marchés de réalisation et d’exploitation. Aujourd’hui, elle se dit prête à réaliser ces mêmes stations en dehors des frontières.

Rappelons que Sonatrach a lancé en 2022 un programme de réalisation de 5 grands projets de station de dessalement de l’eau de mer en simultané pour une durée de réalisation de 25 mois, avec une capacité estimée à 300.000 m3/jour chacune, en faisant participer les entreprises algériennes dont la plupart sont des filiales de Sonatrach.

N. M.