Disponibilités des produits à large consommation : Le président insiste sur la surveillance continue des marchés

0
102
Une "réforme profonde" des banques en 2024. Tebboune : «Le CPA et la BDL doivent être des modèles»

PAR AMAR R.

La question de la disponibilité des produits de large consommation sur le marché national fait l’objet d’une prise en charge sérieuse par les hautes autorités de l’Etat. Lors d’une réunion du conseil des ministres qu’il a présidée hier, le président de la République a
insisté sur l’importance extrême du contrôle continu des marchés, en ce que l’Etat accorde une importance à la régulation pour connaître les taux de disponibilité des produits de large consommation, suivant une vision proactive pour lutter contre les spéculateurs par la force de la loi.

Cette instruction donnée au gouvernement pour se pencher sur la régulation du marché vient se greffer sur les mesures prises auparavant par le chef de l’Etat, visant à assurer la disponibilité des produits qui constituent le plat des Algériens, notamment les légumes secs qui ont connu récemment une forte tension, doublée d’une envolée soudaine
des prix en raison de la fluctuation de la distribution.

Une fluctuation du marché à laquelle il s’est agi impérieusement d’y remédier à l’approche du mois de ramadan. Hormis la poursuite de la subvention des prix de plusieurs produits de première nécessité importés et l’interdiction de toute opération d’importation des légumineuses, en dehors de l’office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), avec
plafonnement du prix du produit, il a été décidé aussi l’importation des viandes rouges et blanches fraîches et d’encourager l’investissement privé en matière des chambres froides pour préserver l’équilibre du marché.

Informer les consommateurs

A cet effet, le ministère de l’agriculture et du développement rural, en collaboration avec le
ministère du commerce, a récemment annoncé aussi le lancement d’une initiative visant à informer régulièrement les citoyens et les consommateurs sur les prix des produits agricoles à large consommation, visant à rassurer contre les tentatives de créer un climat de panique sur le marché national.

Un bulletin quotidien uniforme intitulé « présentation des prix de vente au détail des
produits agricoles de large consommation » est également prévu pour permettre aux
citoyens de rester informés des fluctuations des prix des denrées de consommation courante et éviter ainsi le risque de spéculation Pour garantir la disponibilité des produits de large consommation notamment durant le ramadan, ainsi que maintenir la stabilité des prix, le ministère de l’agriculture et du développement rural a fait part récemment du lancement de la constitution du stock des légumineuses spécial ramadan, soulignant la nécessité de stabiliser le marché des haricots au début de cette année.

Ainsi, s’agissant de la pomme de terre sur le marché, le ministère a fait état de la constitution d’un stock de 25.000 t pour le mois du jeûne, à côté d’autres mesures qui ont
été prises pour garantir la disponibilité des viandes durant le mois sacré et tout au long de l’année, à travers la production locale mais aussi l’importation.

Pour réguler le prix de la viande bovine et/ou ovine qui atteignent actuellement jusqu’à 3000 DA/kg, l’Etat table sur une production locale de 30.000 t de viandes rouges pour le ramadan prochain, en sus des viandes rouges en provenance des wilayas du sud, l’importation de veaux destinés à l’abattage de 60.000 t sur trois mois (20.000 t par mois) en vue de ramener son prix à un prix plus abordable qui se situerait autour de 1200 DA/kg.

Durcir le contrôle sanitaire aux frontières

Dans ce sillage, le chef de l’Etat a également donné des instructions au ministre de l’agriculture et du développement rural à l’effet d’accorder une grande importance au contrôle sanitaire des produits importés, par la création de laboratoires d’analyses au niveau des ports et des aéroports, à même de veiller au respect des normes sanitaires lors de l’importation de viandes et des produits alimentaires. Soit autant de mesures qui vont de pair avec l’opération de lutte contre la spéculation qui touche les produits de large consommation subventionnés par l’Etat, notamment l’huile de table, le lait en sachet, la farine et la semoule.

A. R.