Double validation du certificat de vaccination pour quitter le pays : Les voyageurs s’inquiètent

0
8

/Faut-il faire valider son certificat de vaccination pour être autorisé à quitter le territoire national ? C’est la folle rumeur qui s’est répandue hier sur les réseaux sociaux comme une trainée de poudre déclenchant la colère des internautes face à cette procédure qui semble invraisemblable.

En effet, une information affirmant l’obligation de la double validation du certificat de vaccination d’abord auprès de la direction de la santé ensuite au niveau du ministère des Affaires étrangères pour pouvoir quitter le pays a été lancée sur la toile et sur certains sites internet. Indignés, les internautes n’ont pas manqué de fustiger les autorités pour cette mesure susceptible de rendre leur périple encore plus pénible. Face à l’impossibilité de vérifier la véracité de cette information et le silence des autorités concernées qui ont omis de communiquer sur la question et en l’absence de démenti, c’est l’incompréhension totale qui s’est installé. 

De l’intox, selon les agences de voyage et un officier de police

Afin d’en savoir un peu plus sur cette mesure, nous avons pris le soin de contacter plusieurs parties pour dissiper le doute. Hélas, aucune d’entre elles n’a pu confirmer cette information, du moins formellement.  C’est d’abord le responsable d’Air Algérie qui nous a affirmé qu’il «a eu vent de cette rumeur mais qu’il était dans l’impossibilité de confirmer ou infirmer cette information». «Rappelez-moi demain, j’en saurai un peu plus», nous dira-t-il. Nous avons dès lors pris contact avec plusieurs agences de  voyages à l’image de Kabi Tours. Toutes ont démenti l’information. «Notre agence est opérationnelle depuis la reprise des vols, aucun de nos clients ne nous a rapporté la nécessité de valider son pass sanitaire. Nos clients ont quitté le pays normalement en présentant leur certificat de vaccination à la PAF.  Nous n’avons reçu aucune note concernant cela», nous a indiqué Farid, employé au sein de l’agence. Face à cette impasse, on a décidé d’appeler un officier de police exerçant  à l’aéroport d’Alger. Ce dernier, surpris par notre question, nous dira : «Non, ce n’est pas vrai, à moins que cette note soit arrivée après la fin de mon service… car là, je suis chez moi».    En attendant que les autorités sortent de leur silence pour éclaircir les choses, les voyageurs qui ont prévu de quitter le pays dans les jours à venir  sont inquiets et dans l’expectative générale.  

W. S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici