Dr Fourar : «La levée du protocole sanitaire n’est pas à l’ordre du jour»

0
9

/Alors que le nombre de nouvelles contaminations au Covid-19 poursuit sa tendance baissière, le porte-parole du comité d’experts chargé du suivi de l’évolution de la pandémie, Djamel Fourar, estime que la levée du protocole sanitaire n’est pas à l’ordre du jour.

En effet, selon le responsable, le protocole sanitaire contre la propagation du Covid-19 est toujours appliqué et cela malgré la baisse considérable du nombre de nouveaux cas mais aussi des décès. Il a indiqué que tant que le virus sera parmi nous, le protocole sera imposé ; et même si l’on arrive à zéro contamination et zéro décès par jour. Il faudra, explique-t-il, attendre le feu vert de l’Organisation mondiale de la santé, seule habilitée à ordonner la levée du protocole sanitaire.

Risque de 5e vague

Se référant au faible taux de vaccination de la population qui n’excède pas les 30,7% pour les personnes ayant reçu les deux doses du vaccin, le Pr Fourar a affirmé que nous sommes loin d’avoir acquis une immunité collective, chose qui, selon l’expert, ne nous prémunit pas contre la menace d’une éventuelle 5e vague avec l’arrivée du mois sacré de ramadan. Une 5e vague qui a été aussi été évoquée par le Pr Fawzi Derrar, directeur général de l’Institut Pasteur qui a récemment mis en garde contre l’apparition de nouvelles vagues du Covid-19 face à l’allégement de certaines mesures restrictives mais aussi le relâchement observé dans le comportement de la population.  Ces avis contrastent avec ceux d’autres experts en la matière comme le Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie qui, croit fermement en la fin de la pandémie. En effet, dans un entretien qu’il nous a accordé récemment, il a soutenu qu’on sera bientôt à zéro cas par jour estimant que la vague Omicron a permis à la population d’acquérir une immunité collective non négligeable. Il avait, pour cela, appelé à la levée des restrictions et à la reprise de la vie pré pandémie. Pour sa part, le Pr Kamel Sanhadji, président de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, s’est montré un peu plus prudent, estimant qu’on se dirige vers la fin du Covid, mais évoque la possibilité d’apparition de petites vagues qui affecteront surtout les personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques. Aussi, a-t-il appelé dans l’entretien qu’il nous a accordé hier, à rester vigilant.

W. S.