Education : la cantine et le transport scolaire au cœur des préoccupations

0
82
Education

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a présidé, hier, une rencontre virtuelle avec les cadres de sa direction centrale ainsi que les directeurs régionaux du secteur durant laquelle il a fait le point sur la rentrée 2021-2022.

En effet, après une rentrée scolaire sans fracas, Belabed semble bien déterminé à en finir avec certains problèmes redondants qui perturbent chaque année la reprise des cours.  C’est le cas de la rareté des manuels scolaires constaté encore une fois cette année. Le premier responsable du secteur qui a regretté le manque de manuels scolaires et cela malgré tous les efforts fournis et la multiplication des points de vente, a appelé à «l’activation de l’ensemble des mécanismes nécessaires pour les mettre à disposition des élèves», indique un communiqué du ministère de l’Education nationale.  

Belabed veut une participation des directeurs des primaires aux conseils municipaux

Autres points noirs du secteur de l’éducation, l’absence des cantines scolaires ainsi que les bus de transports scolaires dans de nombreuses communes du pays. Pour y remédier, Belabed a ordonné la participation des directeurs des écoles primaires aux conseils municipaux pour qu’ils puissent faire part des besoins de leurs établissements aux premiers responsables. Cependant, selon Messaoud Boudiba, porte-parole du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), cette directive à elle seule est incapable de résoudre les problèmes de cantines et de transport. «On ne peut imposer la présence d’un directeur d’un établissement primaire au sein d’un conseil municipal que par une décision officielle écrite noir sur blanc», a-t-il estimé.

Boudiba : «C’est le ministère de l’Education qui doit gérer les écoles primaires»

Et de poursuivre : «Mis à part celles des grandes villes, la majorité des communes du pays sont pauvres et ne disposent pas d’assez de ressources pour répondre aux besoins des écoles primaires qui sont à leur charge. Cela va du transport scolaire à la cantine et les équipements. Les responsables au niveau des communes connaissent parfaitement les manques au sein des établissements dont ils sont responsables mais ne peuvent rien faire pour améliorer la situation avec le peu de moyens mis à leur disposition». il ajoute : «Les communes sont incapables financièrement de gérer ces établissements, c’est pour cela qu’il est urgent de confier la gestion des écoles primaires au ministère de l’Education nationale qui est plus apte à répondre aux exigences de ces structures. Ce n’est pas seulement une question de compétence mais aussi une question d’argent et de légitimité. Les choses doivent revenir comme elles étaient avant où les communes n’étaient responsables que de la structure.»

Pour cette première réunion post-rentrée, et à l’orée de l’hiver, Abdelhakim Belabed a abordé la problématique du chauffage au niveau des classes en exigeant des responsables de son secteur de tout mettre en œuvre pour assurer des classes bien chauffées pour les écoliers. Abordant le point de la vaccination chez les travailleurs du secteur de l’éducation, le ministre s’est dit «satisfait» du taux atteint jusque-là en appelant les plus réticents à répondre à l’appel tout en encourageant les opérations de sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19 dans son secteur.

W. S.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici