Élevage, agriculture, enseignement de l’anglais… Ce qu’a dit l’ambassadrice des USA à Tizi Ouzou

0
239
Élevage, agriculture, enseignement de l'anglais… Ce qu'a dit l'ambassadrice des USA à Tizi Ouzou

L’ambassadrice des Etats-Unis en Algérie, Elisabeth Moore Aubin, qui s’est rendue hier à Tizi Ouzou dans le cadre d’une visite de deux jours, a réaffirmé la volonté de son pays d’élargir et d’approfondir ses relations avec l’Algérie, notamment dans le domaine de l’agriculture.

« Nous voulons élargir et approfondir nos relations économiques avec l’Algérie avec en priorité les relations dans le domaine de l’agriculture », a-telle déclaré. « Le Président Tebboune m’a dit que sa priorité est la sécurité alimentaire, et dans ce sens, nous avons beaucoup d’opportunités d’échange et de partenariat sur la génétique américaine, entre autres, dans la filière de l’élevage de poulet et du bovin », a-t-elle encore ajouté, soulignant qu' »il y a beaucoup de choses à faire ensemble dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage », d’autant qu’il existe, a-t-elle appuyé « beaucoup de similitudes en termes de morphologie des terres et des reliefs algériens et américains ».

« Nous avons pour chaque secteur économique un service spécialisé au sein de la représentation diplomatique américaine, dont un bureau dédié à l’agriculture, s’il y a des propositions et des besoins, nous avons les capacités à trouver des partenaires américains quel que soit le domaine », a-t-elle encore soutenu.

Pour l’ambassadrice américaine, le champ de coopération entre son pays et l’Algérie ne se limite toutefois pas au domaine de l’agriculture, mais qu’il s’étend à tous les domaines, dont l’industrie, le tourisme, l’université et d’autres domaines encore.

« Nous sommes ici aussi pour élargir et approfondir les relations entre les deux peuples surtout dans le secteur universitaire et l’enseignement de la langue anglaise », a déclaré Mme Aubin, soulignant avoir déjà discuté avec le wali de Tizi Ouzou qu’elle venait de rencontrer concernant les possibilités de coopération dans le domaine de l’enseignement.

« Là aussi, il y a des choses que nous pouvons faire ensemble. Nous pouvons aider à trouver des partenaires aux Etats-Unis pour travailler sur la langue anglaise, sur les sciences et la recherche universitaire », a-t-elle ajouté.

A noter que la diplomate américaine, qui s’est entretenue hier avec les autorités, représentées par le wali Djilali Doumi, ainsi que des responsables de la chambre de commerce de la wilaya ainsi que les représentants de la chambre d’agriculture, se rendra aujourd’hui au village Sahel à Bouzeguène, où elle compte s’entretenir avec des acteurs locaux au sujet de l’artisanat, le tourisme et les opportunités de partenariat.

S. L.