Elle abritera la 4e édition de la foire commerciale intra-africaine (IATF) : «L’Algérie, destination économique de l’Afrique en 2025»

0
140

Par Nabil M.

L’Algérie abritera la 4e édition de la foire commerciale intra-africaine (IATF), prévue en septembre 2025, affirmant ainsi sa place en tant que locomotive du développement en Afrique et son rôle axial et pionnier dans l’instauration de l’intégration économique dans le continent.

Le ministre du commerce et de la promotion des exportations, Tayeb Zitouni, qui s’est exprimé à l’issue de la cérémonie de signature de la convention portant organisation à Alger de l’IATF, en présence du premier ministre Nadir Larbaoui, a indiqué que l’Algérie avait tracé un programme économique orienté vers l’Afrique, à travers différents projets dans le domaine des infrastructures et du développement des échanges économiques et commerciaux, y compris l’ouverture de plusieurs banques algériennes et foires de production nationale dans certains pays africains.

Des exportations de 2,7 milliards $

Dans ce cadre, il a rappelé la valeur des exportations de l’Algérie vers le continent africain, laquelle s’élève à 2,7 milliards de dollars, dont 650 millions de dollars d’exportations hors hydrocarbures.

La prochaine édition de la foire commerciale intra-africaine d’Alger, intervient ainsi dans le cadre de la concrétisation de la stratégie de l’Etat visant à renforcer l’intégration africaine et à promouvoir la coopération économique entre les pays du continent, «en vue d’asseoir une base économique forte pour réaliser le développement durable et le bien-être des peuples d’Afrique», a souligné Zitouni. Les profondes réformes économiques engagées par l’Algérie ont porté leurs fruits selon le ministre, qui a souligné à ce propos que la balance commerciale positive et la courbe ascendante des exportations hors hydrocarbures «reflètent la diversité du tissu économique générateur de valeur ajoutée dans plusieurs domaines».

L’Algérie, faut-il le rappeler, a entrepris plusieurs projets dans le souci de renforcer les échanges commerciaux intra-africains, notamment l’élargissement de son réseau de transport, à travers entre autres la réalisation de la route de l’unité africaine reliant Alger à Lagos (Nigeria) et le lancement de la réalisation de la route Tindouf-Zouérat reliant l’Algérie à la Mauritanie. «Ce qui a valu à notre pays la deuxième position en Afrique en termes de réseau routier réalisé, atteignant le seuil de 128.000 km», a affirmé le ministre Zitouni.

 Elargir les domaines d’investissement

L’Algérie a ainsi bien mérité l’organisation sur son sol de cet important événement économique continental africain, du fait qu’elle dispose de toutes les infrastructures et tous les moyens logistiques et organisationnels lui permettant d’abriter avec succès l’IATF, prévu du 4 au 10 septembre 2025. Le ministre du commerce a estimé, dans ce sens, que cette édition de la foire commerciale intra-africaine «fera de l’Algérie la destination économique de l’Afrique en 2025». L’Algérie compte faire ainsi de la 4e édition de l’IATF un outil efficace favorisant le renforcement de la coopération commerciale intra-africaine et l’élargissement des domaines d’investissement en Afrique.

Mettant en avant la position de l’Algérie au carrefour de trois continents : l’Afrique, l’Europe et l’Asie, Zitouni a soutenu que cette position géographique favorisant les échanges commerciaux entre ces trois parties du monde «lui permet de s’imposer comme un véritable hub économique dans la région». D’autre part, les atouts dont dispose le continent africain favorisent également l’établissement d’une économie forte pouvant s’intégrer dans les chaînes de valeur mondiales. Cette réalisation à laquelle aspirent les dirigeants des pays africains «se concrétisera inévitablement par l’intensification des activités économiques entre les pays du continent», a assuré le ministre du commerce.

De son côté, la vice-présidente exécutive de la banque africaine d’import-export (Afreximbank) a affirmé, lors de la cérémonie relative à cet événement, que l’Algérie était l’une des économies africaines les plus importantes pouvant contribuer efficacement au renforcement du partenariat et de la coopération continentale, soulignant que l’IATF sera l’occasion de contribuer à l’essor des entreprises africaines, notamment les petites et moyennes entreprises activant dans différents secteurs (industries manufacturières, matières premières, entrepreneuriat et innovation).

 Forum sur l’investissement et un salon automobile au programme

Organisée par Afreximbank, en partenariat avec la commission de l’UA et le secrétariat de la Zlecaf, cette foire commerciale intra-africaine biennale vise à augmenter le volume des échanges intra-africains et à présenter les opportunités et les atouts majeurs qu’offre le continent africain en matière d’investissement. L’édition d’Alger verra une participation massive d’entreprises de production et de services, ainsi que l’organisation d’un forum sur l’investissement et le commerce qui focalisera sur les potentialités dont regorge le continent africain afin de promouvoir son intégration économique, au vu des immenses ressources dont disposent les pays africains.

Cette manifestation économique d’envergure verra aussi l’organisation de différents événements, notamment une foire des industries créatives et culturelles, ainsi que des rencontres d’affaires bilatérales regroupant des hommes d’affaires et des investisseurs de tout le continent. Parmi les événements les plus attendus, figure l’organisation du salon africain de l’automobile (AAS) parallèlement à un forum sur l’industrie automobile dans le continent, en sus d’une foire commerciale numérique qui se tiendra sur des plateformes virtuelles.

Le programme de l’IATF prévoit également l’organisation d’une journée dédiée à la diaspora africaine pour examiner les perspectives de renforcement de la contribution des compétences africaines à la promotion du développement dans tous ses aspects sur le continent et pour renforcer la communication entre cette diaspora et leur mère-patrie. Selon les organisateurs, l’édition d’Alger sera la plus importante en termes de participation, d’impact et d’accords de partenariat commercial et d’investissement devant être concrétisés, comparée aux précédentes éditions.

N.M.