Entrée en exploitation effective du plus grand gisement gazier de Hassi R’mel : Sonatrach à pied d’œuvre

0
13446
Entrée en exploitation effective du plus grand gisement gazier de Hassi R'mel : Sonatrach à pied d'œuvre

PAR ABDELLAH B.

L’Algérie s’apprête au développement de l’un des plus importants gisements gaziers récemment découverts à Hassi R’mel, considéré comme la plus importante découverte gazière durant les 20 dernières années. En effet, en juillet 2022, la compagnie nationale des hydrocarbures avait annoncé la découverte d’une réserve de 300 milliards de m3 de gaz.

L’exploitation de ce gisement est programmée pour 2024, avec le recours à la technique de fasttrack pour accélérer la production. En fait, à travers le recours à cette technique, l’Algérie s’accroche à la réalisation d’un objectif cher à Sonatrach, celui de s’imposer sur le marché gazier international comme étant un acteur clé, pour tirer profit de la situation qui prévaut actuellement sur la scène internationale marquée par une forte croissance de la demande sur ce produit énergétique.

Dans les premiers temps de son entrée en production, le gisement permettra de renforcer la production gazière dans le champ de Hassi R’mel pour atteindre un niveau de 10 millions de m3 par jour, soit près de 4 milliards de m3 par an. « La production des premières quantités de gaz au niveau des nouveaux gisements, grâce aux installations et aux puits existants, permettra de produire plus de 10 millions de m3 /jour », d’après Sonatrach.

Pour une exploitation optimale de cette ressource, l’Algérie lancera des partenariats avec des acteurs étrangers prochainement, et ce, suite à la fin des travaux de confirmation des réserves par la compagnie nationale des hydrocarbures. A travers cette action, Sonatrach cherche non seulement le renouvellement des ressources gazières du pays, mais aussi à booster la production pour répondre aux besoins d’un marché interne et externe énergivore.

Par ailleurs, pour répondre aux besoins du marché interne et externe, Sonatrach a réorienté sa politique énergétique vers l’exploration – exploitation, tout en accordant
un intérêt très particulier au développement de la production gazière du pays. Une manière de s’affirmer comme un acteur clé sur le marché énergétique international, en affichant de nouvelles ambitions en matière d’approvisionnement pour atteindre de nouveaux clients, notamment l’Europe de l’Est.

Outre l’augmentation des flux du gaz exporté via les gazoducs, notamment vers l’Italie, Sonatrach s’intéresse de plus en plus à l’amélioration de la production de gaz naturel liquéfié, un élément clé dans l’équation énergétique européenne de ces dernières années. L’Algérie n’exploite que 40% de ces capacités de production qui sont de 30 millions de tonnes de GNL par an.

Sur ce point et en raison du rôle que pourrait jouer le gaz dans la transition énergétique, Sonatrach se fixe un objectif de 22 millions de tonnes par an en GNL pour les années à venir. Une manière d’exploiter toutes les opportunités qui se présentent pour augmenter ses exportations gazières.

A. B.