Entretien téléphonique entre le MAE et la secrétaire d’Etat adjointe américaine Algérie-USA : concertation permanente

0
455
Entretien téléphonique entre le MAE et la secrétaire d’Etat adjointe américaine Algérie-USA : concertation permanente

Il est incontestable qu’il y a un intérêt accru des Etats-Unis à l’égard de l’Algérie qui se matérialise par des visites et des contacts téléphoniques intenses ces derniers mois.

Le dernier est cet appel téléphonique de Wendy Sherman, responsable numéro 2 au département d’Etat américain, au ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf, pour le féliciter après sa nomination au poste de chef de la diplomatie lors du dernier remaniement du gouvernement. Mais pas que ; les deux interlocuteurs ont évoqué, lors de leur entretien, des questions d’intérêt commun, la coopération bilatérale ainsi que les questions régionales et internationales dont la situation sécuritaire dans la région et la question sahraouie.

C’est le quatrième responsable américain à prendre attache avec un responsable algérien, ces derniers mois, les Américains s’étant enquis de la position de l’Algérie dans la guerre en Ukraine.

Dans leur entretien, Ahmed Attaf et Wendy Sherman ont évoqué les relations bilatérales et la coopération bilatérale qui est principalement focalisée sur deux importants secteurs : l’énergie et la sécurité. Le volet sécuritaire est toujours en vigueur en raison de la persistance des activités terroristes et de l’extrémisme violent qui ciblent désormais de nombreux pays africains mais aussi les intérêts occidentaux, notamment ceux des Etats-Unis.

Le retrait des forces françaises de l’opération Barkhane a laissé un vide que les groupes terroristes tentent d’occuper.

La présence américaine est technique et logistique alors que les partenaires étrangers de la région du Sahel, de loin la plus touchée par le terrorisme, ont une présence très limitée et ne peuvent venir qu’en appoint à une véritable force d’intervention.

Les missions militaires de l’ONU n’ont de leur côté aucun effet sur les activités des groupes terroristes, dans la mesure où ces forces sont astreintes dans la majorité des cas à des rôles défensifs.

Les Etats-Unis, qui ont été les premiers à définir l’Algérie comme le pays pivot dans la région, voudraient une plus grande coopération avec Alger dans la lutte contre le terrorisme au-delà de ses frontières.

L’Algérie est déjà présente sur tous les fronts de cette lutte à travers un soutien logistique pour les missions de l’Union africaine, l’échange d’informations et de renseignements avec les pays de la région, présence dans les mécanismes de sécurité et de renseignement régionaux et africains en plus des initiatives qu’elle propose dans les cadres bilatéraux ou continentaux.

D.B.