Éradication des mines antipersonnel dans le monde: L’Algérie prête à contribuer

0
150
L'expérience algérienne sur le Déminage objet d'un colloque

Le ministre des Moudjahidine, Laïd Rebiga, a affirmé, ce mardi, la disponibilité de l’Algérie à contribuer de manière « efficace et coordonnée » à la destruction des mines antipersonnel disséminée dans le monde.

L’Algérie qui hérité, du colonisateur français, de vastes champs minés, et qui a acquis une longue expérience suite au laborieux travail de déminage entamé depuis l’indépendance, souhaite désormais contribuer, avec son expérience et expertise, à mettre fin aux conséquences humanitaires et économique qui en découlent.

A ce titre, le ministre a affirmé que « l’Algérie est entièrement disposée à apporter son aide à la communauté internationale et à mettre à profit son expérience pionnière pour contribuer de manière efficace et coordonnée à la destruction des mines antipersonnel disséminées dans le monde et réduire les conséquences humanitaires et économiques qui en découlent ».

Après avoir rappelé les efforts de l’Algérie pour l’assainissement des zones minées tout assurant la prise en charge sanitaire, sociale, et psychologique des victimes, le ministre a souligné que l’Algérie a également soutenu la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel.

Le ministre a saisi cette occasion pour saluer le rôle pionnier de l’ANP dans l’assainissement des zones frontalières minées et l’élimination des résidus d’explosifs, permettant ainsi aux citoyens de profiter de leurs terres pour concrétiser « des projets de développement au service de l’intérêt général ».

« Cela montre, a-t-il dit, que l’Algérie a mis en œuvre son plan national de déminage conformément aux dispositions de la convention d’Ottawa.

L’engagement de l’Algérie salué

Les participants à la conférence internationale sur les mines tenue mardi à Alger, ont salué l’engagement des pays africains dans l’éradication des mines antipersonnel, tout en félicitant l’Algérie pour son rôle « pionnier » et « efficace » dans ce domaine.

La secrétaire générale adjointe de la conférence du désarmement de l’ONU, Mélanie Regimbal a salué, dans son message, l’initiative de l’Algérie d’organiser cette conférence qui devrait donner lieu à des actions communes contre les mines antipersonnel.

De son côté, l’ambassadrice d’Allemagne en Algérie, Mme Elizabeth Wolbers, a félicité le gouvernement algérien d’avoir organisé cet important échange régional et d’avoir partagé son expérience en matière de lutte contre les mines terrestres.

Le directeur de l’unité d’appui au traité d’interdiction des mines antipersonnel, Juan Carlos Ruan a soutenu que « l’Algérie est un exemple important, ayant finalisé la mise en œuvre de ses engagements de déminage en février 2017, détruisant des millions de mines dans des centaines de millions de mètres carrés ».