L'Algérie Aujourd'hui
A la Une Eco-finance

Exploitation du champ gazier Reggane Nord : L’allemand Wintershall renforce sa position

exploitation Wintershall Reggane Nord

Durant cette période de tension sur le gaz, de nombreux pays européens cherchent à sécuriser leurs approvisionnements. Après l’italien Eni qui a raflé d’importants contrats d’exploration et d’exploitation du gaz en Algérie, c’est au tour des Allemands de renforcer leur présence sur le marché algérien avec l’acquisition des parts de la société italienne Edison, filiale du groupe français EDF, dans le projet de gaz naturel Reggane Nord, par le groupe Wintershall pour un montant de 100 million dollars.

Cette transaction est intervenue quelques jours seulement après les déclarations du ministre de l’Economie allemand Robert Habeck qui a exprimé, début du mois courant, l’intention de son pays de s’approvisionner en gaz algérien. «L’Allemagne entend importer du gaz algérien à partir de 2024 lorsqu’elle aura terminé l’installation des stations de regazéification, lui permettant, à long terme, de se démarquer du gaz russe» a-t-il affirmé. En effet, dans son communiqué rendu public, le groupe allemand affirme avoir racheté les parts de la société italienne pour «renforcer sa position» en Algérie et de mieux «profiter du rôle stratégique que l’Algérie s’apprête à jouer dans la fourniture de gaz aux pays de l’Union européenne». «Wintershall Dea continue de renforcer sa présence en Algérie. Le 4 mai dernier, la société a conclu un accord de vente et d’achat pour acquérir la participation de 11,25% d’Edison dans le projet de gaz naturel Reggane Nord. Après la clôture de la transaction, Sonatrach détient 40%, Wintershall Dea 30,75% et Repsol 29,25%», lit-on dans le communiqué du groupe allemand. En effet, le groupe allemand, d’après son communiqué, affiche clairement ses ambitions pour l’avenir, et son implication dans le développement du champ gazier de Reggane nord avec ces 19 puits qui produisent près de 3 milliards de m3 par an. Ce rachat «fait partie du plan de croissance en Algérie. Pays à fort potentiel pour un partenariat énergétique renforcé avec l’Europe», ajoute la même source. Autrement dit, il s’agit donc de la préparation du terrain pour de nouveaux investissements dans le secteur gazier en Algérie, une manière de répondre à la croissante demande européenne sur le gaz, notamment, l’Allemagne qui dépend à 55% du gaz russe. L’Algérie qui est présentée comme une alternative pour le gaz russe à moyen et long terme, conditionne l’augmentation de sa production par la hausse des investissements étrangers.         

Pourquoi l’italien Edison a vendu ses actions

Pour ce qui est des raisons de la cession de l’activité de la société italienne en Algérie, un communiqué rendu public par Edison E/P a détaillé le contenu de cet accord et expliqué les motifs de cette vente d’actions. «L’accord est basé sur une valeur de la participation d’Edison dans Reggane Nord d’environ 100 millions de dollars. Wintershall Dea détient déjà une participation de 19,5% dans le projet. Le champ North Reggane a commencé sa production en 2017 et se compose de 19 puits actuellement en production qui fournissent environ 2,8 milliards de mètres cubes de gaz par an entièrement vendus à Sonatrach en Algérie sur la base d’un contrat à long terme», détaille le communiqué d’Edison. Pour ce qui est de l’origine de la vente de ces actions dans un projet exploitable jusqu’à 2041, d’après le groupe allemand, la société italienne affirme avoir signé «cet accord pour la cession de sa participation dans le projet Reggane nord en Algérie, finalisant la cession de toutes les activités d’Exploration et de Production (E&P) suite au réalignement stratégique de l’entreprise vers ses métiers de la transition énergétique». Enfin, si la société italienne affirme avoir cessé toute activité d’exploration et d’exploitation des champs pétrolier et gazier en Algérie, ses contrats de commercialisation de gaz sont toujours en vigueur. Edison est liée avec la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, pour un approvisionnement d’un volume d’un milliard de m3 par an jusqu’au 2027.

A. B.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus