«Frappes massives» sur Kiev: Poutine réagit

0
57
Russie: L'élection présidentielle fixée au 17 mars

La Russie a lancé plusieurs frappes aériennes sur la capitale Ukrainienne et d’autres régions en réponse à ce qu’elle a décrit comme « attaque terroriste » sur le pont de Kertch reliant la Russie à la Crimée.

En effet, au moins trois fortes explosions ont été entendues lundi matin dans le centre de Kiev, la capitale de l’Ukraine, rapportent plusieurs agences de presse. Des frappes confirmées par Moscou. Les explosions ont eu lieu vers 08H15 heure locale (05H15 GMT). Les sirènes d’alerte aérienne avaient retenti plusieurs dizaines de minutes avant les détonations.

Le ministère ukrainien de l’Intérieur a déclaré qu’il y avait des victimes à déplorer dans les bombardements ayant visé le quartier Shevchenkivskyj dans le centre de Kiev, qui comprend la vieille ville et de nombreux bureaux gouvernementaux. Le ministère a indiqué qu’un missile russe a touché la rue où se trouvent les services de sécurité et le bureau du Président Volodymyr Zelensky.

Par ailleurs, plusieurs médias locaux et internationaux ont rapporté que des témoins oculaires avaient entendu des explosions à Jytomyr (nord-ouest), Khmelnytskyï (ouest), Dnipro (centre), Lviv (ouest) et Ternopil (Ouest).

« Acte terroriste »

Moscou, qui accuse Kiev d’«acte terroriste» sur le pont de Crimée, a confirmé cette offensive, soulignant avoir ciblé les infrastructures militaires.

Dans une déclaration à la mi-journée de lundi, le président Vladimir Poutine a confirmé que des «frappes massives» avaient eu lieu à l’aide d’«armes de haute précision». « Des infrastructures énergétiques, de commandement militaire et de communications ukrainiennes avaient été visées », a-t-il détaillé.

L’«acte terroriste» commis sur le pont de Crimée la veille, et attribué par les enquêteurs russes aux services secrets ukrainiens (SBU) a fait réagir Poutine qui a souligné que «par ses actions, le régime de Kiev s’est mis concrètement au même niveau que les mouvements terroristes internationaux, que les groupes les plus odieux. Il est tout simplement impossible de laisser de tels crimes sans réponse. En cas de nouvelles tentatives d’organiser des attentats sur notre territoire, les réponses de la Russie seront dures et leur ampleur correspondra au niveau des menaces posées à la Fédération de Russie », a-t-il expliqué.