Gazoduc transsaharien : signature d’un accord entre l’Algérie, le Niger et le Nigeria

0
122
Gazoduc transsaharien : des «avancées considérables»

Le projet du Gazoduc transsaharien est officiellement sur les rails. L’Algérie, le Niger et le Nigeria, ont signé ce jeudi à Alger un « mémorandum d’entente » qui acte le démarrage officiel de ce projet stratégique, devant relier les trois pays sur une distance de 4000km.

Pour le ministre de l’Energie et des Mine, Mohamed Arkab cette signature est un « signal fort adressé au monde » quant au lancement concret du projet du gazoduc transsaharien », a-t-il lancé lors du point de presse organisé à l’issue de la cérémonie de signature et diffusé en direct à la télévision.

« Nous avons abordé un rapport détaillé de la commission de pilotage sur ce projet, nous avons aboutit à ce mémorandum d’entente pour poursuivre le programme que nous avons tracé, notamment la réalisation des études techniques pour ce projet africain », a poursuivi le ministre algérien ajoutant que les trois pays avaient « la volonté de concrétiser ce projet dans les meilleurs délais ».

Le ministre du Pétrole du Nigeria, Timber Silva a de son côté mis l’accent sur la « continuation de l’engagement » pris par les trois pays pour faire aboutir le projet.

« Nous croyons que le temps est venu pour ce projet » important pour garantir « la sécurité énergique de l’Afrique et pour mieux monétiser nos ressources », a-t-il soutenu.

Mettre fin à la pauvreté énergétique en Afrique

Le ministre du Pétrole et de l’Energie du Niger, Mahamane Sani Mahamadou s’est pour sa part montré « très optimiste » quand à la réalisation du projet . Le ministre a également mis l’accent sur l’importance de ce projet et ses répercutions positives sur les populations .

« C’est un projet extrêmement important pour nos 3 pays qui prouve que les pays africains peuvent se mettre ensemble pour réaliser des projets structurants » a–t-il déclaré .

« Nos pays ont pour ambition de montrer que tout est possible lorsque e nous mettons nos efforts en commun
ce projet permettra de sécuriser les sources d’approvisionnement d’énergie dans nos pays ».

« Nous avons 600 millions de personnes qui vivent sans électricité et c’est ce genre de projet qui permettra de mettre fin à la pauvreté énergétique en Afrique », a conclut le ministre nigérien.