Gazoducs : «L’Algérie prendra en charge le tronçon nigérien»

0
26110
Gazoduc Nigeria-Algérie : La BAD apporte son soutien au projet

Par Abdellah B.

L’Algérie s’est engagée sérieusement dans la bataille des gazoducs pour renforcer sa position d’acteur incontournable sur le marché gazier, européen en particulier.

Après plusieurs années d’attente, le projet Galsi reliant l’Algérie à l’Italie, ressort des tiroirs et verrait prochainement le jour d’après le président Tebboune.

Même cas également pour le projet du gazoduc transsaharien reliant l’Algérie au Nigeria en passant par le Niger qui a atteint un stade avancé.

Les propos tenus par le président Tebboune, à l’occasion de son entrevue avec la presse, laissent comprendre que les parties algérienne et italienne ont déjà trouvé un accord pour la concrétisation de ce fameux projet de gazoduc Galsi d’une longueur de 270 km. Dans ce sens, M. Tebboune, affirme.

«Nous avons des engagements à honorer avec la partie italienne pour la livraison d’une quantité de 30 à 35 milliards m3 de gaz, un volume qui dépasse les capacités de transport du gazoduc Transmed, pour cela il est question de la réalisation d’un autre gazoduc Galsi.»

Ce projet, au sujet duquel le ministère de l’Energie avait affirmé récemment qu’il est «en phase d’étude», a pour objectif de renforcer les capacités de transport du gaz vers l’Europe dans une conjoncture marquée par une hausse importante de la demande sur ce combustible et l’Algérie qui compte doubler ses exportations prochainement.

«J’ai donné des instructions à Sonatrach d’améliorer la production pour arriver à exporter près de 100 milliards m3 soit le double de ce qu’on exporte actuellement, environ 53 milliards m3», a affirmé le Président.

Selon M. Tebboune, le gazoduc sera, en principe, utilisé pour exporter des quantités supplémentaires de gaz naturel vers l’Europe, que l’Algérie s’apprête à livrer au vieux continent, en attendant la mise en place d’un marché réel et concurrentiel de l’hydrogène vert.

Tel qu’il est conçu dans le passé, le projet Galsi transportera 8 milliards m3 par an vers l’Italie, mais avec le besoin croissant en ce combustible sur le marché européen, sa capacité de transport pourrait être revue à la hausse pour deux raisons.

Gazoduc Nigeria-Algérie, «il y a eu du parasitage»

Dans le même volet, le président de la République a abordé pour la première fois l’état d’avancement du projet de réalisation du Nigal, le gazoduc transsaharien reliant le Nigeria à l’Algérie en passant par le Niger.

M. Tebboune affirme que l’étude de faisabilité du projet est «fin prête» et que des tronçons ont été également «réalisés».

«Il reste la partie nigérienne. L’Algérie va prendre en charge la réalisation de cette partie du projet, soit de la frontière du Nigeria jusqu’à la frontière algérienne», révèle-t-il. M. Tebboune évoque les origines du retardement de la réalisation de ce projet en affirmant qu’il y «a eu du parasitage» de la part de certaines parties, sans donner plus de détails.

Outre le gaz et la canalisation de combustible, l’Algérie vise également à l’exportation de l’électricité vers l’Europe via une interconnexion avec l’Italie qui est une porte d’entrée pour le gaz algérien vers l’Europe et pourrait également devenir de même pour l’électricité.

M. Tebboune affirme également que les exportations algériennes en matière d’énergie ne se résument pas uniquement au gaz et au pétrole, «nous avons également un excédent de production d’électricité» qu’on «veut exporter vers l’Europe notamment dans les pays qui ne disposent pas de gazoducs et d’installations suffisantes en matière de production d’électricité.

Nous avons abordé cette question avec des pays amis de l’Italie pour la réalisation d’une interconnexion électrique», explique-t-il.

Enfin, avec les projets annoncés, l’Algérie compte non seulement jouer un rôle important sur le marché gazier européen, devenir un acteur incontournable en doublant ses parts du marché en Europe et cela ne serait possible que par le renforcement de l’infrastructure de transport de gaz et de l’électricité.

Des projets bénéfiques à la fois pour le pays et ses partenaires européens dont le plus important qui est l’Italie pour la réalisation de son objectif de devenir le nouveau hub gazier de l’Europe, suite à l’échec des projets espagnols de résoudre l’équation énergétique européenne.

A.B