Hydrogène Vert : Le président ordonne la préparation d’une stratégie globale

0
201
L'UE valide 2 projets algéro-européens : Financements accordés pour le SoutH2 et l'interconnexion électrique

L’Algérie ambitionne de devenir un acteur important dans la production et la commercialisation de l’hydrogène vert. Disposant de plusieurs atouts, notre pays aspire à être un acteur régional majeur en matière de développement de cette ressource énergétique d’avenir.

PAR NABIL MANSOURI

La démarche de l’université algérienne, visant à développer les spécialisations dans le domaine de la formation et de la recherche scientifique sur l’hydrogène vert, a été mise en avant par Abdelmadjid Tebboune au cours du conseil des ministres qu’il a présidé hier. En affirmant l’importance de la formation et la recherche scientifique dans le domaine de l’hydrogène vert, pour accompagner le déploiement de ce secteur et soutenir la croissance économique et la diversification des ressources énergétiques, le chef de l’Etat a ordonné la préparation d’une « stratégie globale » qui suivra le rythme des développements scientifiques et technologiques qui ont lieu dans le monde autour de ce domaine.

L’objectif étant de permettre à l’Algérie d’être à l’écoute de toutes les technologies apportées par la séance et la recherche dans le domaine de l’hydrogène vert, pour mieux maîtriser son évolution dans les pays développés. Sur ce point, Abdelmadjid Tebboune a insisté, au cours de ce même conseil, sur « la coopération avec des pays possédant une expérience de pointe dans ce domaine vital ».

En effet, pour réussir sa stratégie de développement de cette énergie, l’Algérie doit s’appuyer sur des partenariats avec les pays leaders dans le domaine de l’hydrogène, et ce, à travers des accords de partenariats stratégiques permettant de mobiliser les financements nécessaires et le transfert de technologies et de savoir-faire. Ces partenariats serviront à la maîtrise des différentes techniques et technologies relatives à toute la chaîne de valeur de la production d’hydrogène.

Des atouts majeurs

Avec un énorme potentiel en énergie solaire et un étendu territoire, l’exploitation de l’hydrogène en Algérie profite de plusieurs atouts majeurs, caractérisés par un large réseau électrique, des infrastructures de stockage, de distribution et de transport, ainsi que d’une situation géographique favorable grâce à sa proximité des marchés potentiels. Des facteurs qui confortent la position algérienne dans la perspective d’un marché florissant d’hydrogène
vert, qui pourrait faire de l’Algérie un acteur clé dans l’exportation d’hydrogène vers l’Europe dont la politique énergétique est basée sur la neutralité carbone qui mise sur la substitution de l’énergie fossile par un développement massif des énergies renouvelables et de l’hydrogène, notamment vert.

L’hydrogène vert étant exclusivement généré à base d’énergies renouvelables, que l’Algérie peut produire en abondance grâce à son exposition à l’ensoleillement, l’avenir d’un approvisionnement futur de l’Europe en cette énergie auprès de notre pays serait fortement profitable, particulièrement en raison de sa proximité du vieux cantinent.

Renforcer la capacité de l’Algérie en énergie solaire

Dans cette même lancée, le président de la République n’a pas hésité, lors de la réunion du conseil des ministres, à appeler à « renforcer les capacités de notre pays dans le domaine de l’énergie solaire, d’autant plus qu’il est pionnier dans ce domaine depuis des décennies ». Tout en développant la production d’hydrogène vert, l’Algérie veut aussi jouer un rôle dans la transition énergétique en Afrique, avec son haut niveau d’ensoleillement qui l’incite à se doter d’installations photovoltaïques et de produire de l’énergie renouvelable.

La capacité de production d’énergie solaire en Algérie avait atteint 540 MW à la fin 2022, dans le cadre de la mise en œuvre du plan gouvernemental dans le domaine de la transition énergétique et de la rationalisation de la consommation. Le long parcours de l’Algérie dans sa transition énergétique a permis aujourd’hui l’utilisation de l’énergie solaire au niveau de l’éclairage public, des mosquées, des administrations publiques et des établissements d’enseignement, où plus de 1100 écoles fonctionnent actuellement avec des
énergies renouvelables.

En ce début d’été, l’Algérie avait franchi une étape importante dans la mise en œuvre de sa
stratégie visant à produire 15.000 MW d’énergie solaire d’ici 2035. Un appel d’offres national et international a été lancé pour la réalisation d’un projet d’implantation de 15 centrales solaires dans plusieurs wilayas.

L’Algérie est ainsi plus qualifiée que d’autres pour devenir, à moyen terme, un pays pivot dans la production de l’énergie solaire, ce qui lui permettra le développement et l’exportation d’hydrogène vert vers les marchés mondiaux. Les experts estiment dans ce sens que l’Algérie, dotée d’un important potentiel solaire, « est bien placée pour produire l’hydrogène vert à des coûts très compétitifs ».

N. M.