Il a rencontré les responsables des filiales d’Imetal : Aoun veut des résultats

0
702

Le ministre de l’industrie et de la production pharmaceutique Ali Aoun veut impulser une
nouvelle dynamique à l’industrie publique. Il a décliné cette stratégie hier lors d’une rencontre avec les responsables des filiales du groupe Imetal (métallurgie et sidérurgie). L’occasion a été d’aborder le programme 2024 des entreprises sous la coupe du groupe.

PAR DJILALI B.

Ali Aoun a mis l’accent sur l’intérêt de ces filiales à travailler en coordination pour trouver les solutions adéquates afin de booster le secteur. Il a insisté par ailleurs sur la nécessité de travailler et d’instaurer le système de contrat de performance. Ce système permet d’évaluer l’entreprise en termes de performance et d’objectifs. Ainsi, le ministre met en demeure les responsables des filiales d’Imetal pour atteindre leurs objectifs en participant à la relance économique et à l’industrialisation du pays et surtout à faire face à la concurrence. Plus explicitement, Ali Aoun maintient l’engagement et le soutien de l’Etat à ces entreprises mais sous certaines conditions. C’est-à-dire atteindre les objectifs et réaliser des performances.

Ce qui est par ailleurs valable pour toutes les entreprises industrielles publiques, souvent entretenues par l’Etat malgré leurs faibles performances et la faiblesse de leur management. Par ailleurs, le ministre de l’industrie et de la production pharmaceutique a donné quelques orientations aux premiers responsables des filiales d’Imetal pour les
secouer. Il a d’abord relevé le problème du non-respect des délais de livraison des projets, insistant pour qu’ils soient désormais respectés tout autant que le taux de rendement. Il a également insisté auprès de ces responsables pour qu’ils veillent à baisser les coûts et surtout à veiller, selon son propos, à réduire le gaspillage pour certaines filiales qu’il n’a cependant pas citées. M. Aoun suggère ainsi une gestion pragmatique pour réaliser les objectifs tracés et atteindre les performances contractuelles. Il a aussi mis l’accent sur l’importance pour les entreprises du groupe à s’adapter au développement de tous les domaines. Les mises à niveau technologiques et une gestion plus rigoureuse.

Ali Aoun a enfin assuré ses interlocuteurs de la disposition de son département ministériel à accompagner tous les groupes industriels publics avec leurs différentes filiales et à suivre leurs problèmes pour trouver les solutions dans les brefs délais, selon ce que permet la loi, a-t-il précisé. Ceci n’est vraisemblablement pas valable pour les entreprises moribondes qui constituent depuis des années un fardeau pour le trésor public. La régénération de certaines d’entre elles ne peut se faire que par la privatisation. Et par-delà les objectifs assignés aux filiales du groupe Imetal indiqués plus haut, le ministre place la barre plus haut en annonçant vouloir faire de 2024 l’année de l’industrie par excellence.

D. B.