Ils se sont entretenus à Nairobi: Attaf et son homologue kényan fixent les priorités de coopération

0
97
Attaf s'entretient avec son homologue kenyan

Le ministre des affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Ahmed Attaf, a eu, ce lundi à Nairobi, de longs entretiens avec son homologue kényan, M. Musalia Mudavadi, a indiqué un communiqué du ministère.

Ces entretiens qui ont eu lieu dans le cadre de la visite de travail qu’il effectue en République du Kenya, ont porté notamment sur les moyens de renforcer les relations de coopération et de partenariat entre l’Algérie et le Kenya dans divers domaines.

Selon le communiqué, les deux parties ont abordé également la concertation et la coordination concernant les développements de la situation aux niveaux régional et international, notamment les questions intéressant les deux parties.

Revitaliser le cadre institutionnel des relations algéro-kényanes

A l’occasion, poursuit le communiqué, les deux parties sont convenues de « revitaliser le cadre institutionnel des relations algéro-kényanes par la réactivation de la Commission économique mixte et du Conseil d’affaires et le renforcement des concertations politiques à tous les niveaux ».

Attaf et son homologue ont mis également l’accent, précise le communiqué, sur le caractère prioritaire des domaines du commerce, de l’agriculture, de l’industrie, de l’éducation et de la formation, de l’énergie, de la défense et de la sécurité dans la feuille de route visant à hisser la coopération bilatérale aux plus hauts niveaux escomptés.

Le chef de la diplomatie algérienne a affirmé, à l’occasion, qu’il était primordial d’explorer l’énorme potentiel de la coopération bilatérale, notamment dans les domaines du commerce, de l’agriculture, de l’industrie, de l’éducation, de la formation, de l’énergie, de la défense et de la sécurité.

« Pour chacun de ces domaines, nous avons soit des programmes de coopération en cours (…) soit des projets prometteurs que nous avons tous les deux hâte de concrétiser et de mettre en œuvre dans un avenir proche », a-t-il affirmé.

 Une volonté commune de renforcer le rôle de l’UA

Les questions de paix et de sécurité dans les régions d’appartenance des deux pays, la région sahélo-saharienne et l’Afrique de l’Est, étaient également au cœur des entretiens algéro-kényans, selon le communiqué, qui ajoute que les deux parties ont réaffirmé la convergence des positions des deux pays et leur volonté commune de renforcer le rôle de l’Union africaine face aux défis qui se posent aujourd’hui avec acuité.

Attaf a souligné, dans ce sens, que l’état de paralysie presque totale que connaît aujourd’hui le Conseil de sécurité « a prouvé une fois de plus l’impérieuse nécessité pour nous de rechercher et de mettre en œuvre des solutions africaines aux problèmes africains » et qu’il ne fait donc « aucun doute que cette situation met en évidence l’impératif urgent et impérieux de donner à notre organisation continentale, l’Union africaine, les moyens d’agir, afin que l’Afrique puisse enfin façonner son destin par ses propres moyens ».

L’Algérie ne ménagera aucun effort pour défendre les préoccupations africaines

Le ministre a affirmé dans ce sillage que « l’environnement international est loin d’être propice à une ère de coopération mondiale fondée sur l’interdépendance, la compréhension et la confiance ».

« Cette réalité défavorable doit renforcer notre détermination, élever notre volonté politique commune et renforcer notre détermination commune à nous hisser à la hauteur des ambitions et des aspirations que les pères fondateurs ont placées, non seulement sur les épaules de leur génération, mais aussi sur les épaules des générations africaines à venir », a-t-il soutenu.

Dans le même contexte, M. Attaf a exprimé l’engagement de l’Algérie à ne ménager aucun effort, au sein du Conseil de sécurité, pour exprimer et défendre les préoccupations africaines.

                              S.L