Immatriculation pour les véhicules livrés en janvier 2024 et facturés en 2023 : Le nouveau millésime qui fâche !

0
4951

PAR BRAHIM AZIEZ

Ces derniers jours, ALC, distributeur de Chery en Algérie, a annoncé l’arrivée des premiers lots de véhicules en prenant le soin d’aviser ses clients que les livraisons commenceront à se faire à partir de la 1re semaine du mois de janvier 2024 avec le nouveau millésime. Une note loin d’être fortuite, sachant l’importance du millésime chez nous. Cette annonce intervient au moment où des voix commencent à s’élever chez les autres marques, où les clients qui ont payé la totalité du prix de leurs véhicules pourront se voir attribuer une immatriculation 2023, même si les livraisons se feront en 2024.

Renseignement pris auprès d’un commercial d’une marque européenne installée à Alger,
« l’immatriculation se fait selon la date de facturation », c’est-à-dire au moment du payement de la totalité du prix du véhicule. Le commercial ajoutera : « Ces soucis sont survenus en raison des retards accusés dans les sorties des véhicules des ports et la récupération des cartes jaunes, alors que les véhicules étaient en Algérie, prêts à être livrés dans la quinzaine à leurs propriétaires. »

Il faut dire que la reprise des importations de véhicules neufs en Algérie a été marquée par des soucis organisationnels, que ce soit au niveau des ports, des douanes, des services des mines ou encore au niveau des wilayas où il fallait récupérer les cartes jaunes. Même le transfert des véhicules des ports vers les parcs de stockage des concessionnaires a connu des petits soucis en raison de la disparition de la plupart des transporteurs qui, faute d’activités, de renouvellement des camions et des remorques pour le transport ou tout simplement parce que l’entretien des machines se compliquait par l’absence de pièces de
rechange, ont dû changer de métier.

Immatriculation selon la date de la facturation

Une fois ces « péripéties » accomplies, les véhicules sont livrés dans les jours qui suivent. Mais voilà, récupérer son véhicule en 2024 avec une immatriculation de 2023 est un procédé nouveau auquel les consommateurs algériens n’ont pas été habitués. Car, traditionnellement, et jusqu’à l’arrêt des importations en 2017, les cartes jaunes des véhicules qui n’ont pas été livrés sont restituées à l’administration de wilaya compétente (DRAG) qui délivre, avec le début de l’année qui commence, des cartes d’immatriculation provisoires avec le nouveau millésime.

Jusqu’en 2017, quand un concessionnaire voulait liquider ses stocks, il procédait à des promotions avec des remises importantes pour les véhicules achetés en fin d’année et récupérés quelques jours avant le 31 décembre. C’était l’époque de la disponibilité des véhicules et du choix offert par rapport aux marques en présence.

Ces derniers temps, le choix n’est pas toujours laissé aux clients qui se retrouvent, souvent, à choisir entre accepter cet état de fait ou se faire rembourser après avoir entamé les procédures de la commande des mois plus tôt. La procédure reste légale, mais pas à l’avantage du client algérien.

B. A.