Importation de blé : l’Algérie abandonne son fournisseur traditionnel

0
9

/L’Algérie a acheté une quantité de blé importante dont la date de livraison est programmée pour le début de l’année prochaine. Selon l’établissement public français des produits de l’agriculture et de la mer Agrimer, la France a manqué le dernier appel d’offres lancé par l’Algérie, pour l’acquisition de 690.000 à 700.000 tonnes de blé à plusieurs pays exportateurs.

Dans son dernier point sur les marchés céréaliers mondiaux, rendu public hier, l’établissement français affirme que «l’Algérie a acheté le 14 décembre entre 690.000 et 700.000 tonnes de blé meunier, pour expédition en trois périodes, échelonnées du 16 janvier au 28 février 2022».  L’établissement français explique l’absence de la France sur la liste de pays fournisseurs de l’Algérie en blé par «la décision des pouvoirs publics algériens de diversifier leurs fournisseurs en la matière. Il s’agit également de profiter d’une baisse des prix sur le marché international, notamment pour le blé provenant de la mer Noire et de la Russie», ajoute la même source.  En matière des prix pratiqués sur le marché, la même source affirme que «la tonne de blé est cédée à 372/376 dollars (coût et fret), soit une contraction de près de 10 dollars par rapport à l’affaire conclue le mois dernier.»   En fait, l’Algérie a procédé au début de l’année en cours à la révision du cahier des charges concernant la qualité du blé à importer pour lui permettre de tirer profit de la baisse des prix sur le marché international, mais aussi pour diversifier ses fournisseurs et ne pas rester dépendante du marché français. C’est dans cette optique que l’Algérie avait procédé à la révision de son cahier des  charges quant aux «dégâts d’insectes». Les pouvoirs publics ont revu à la hausse le taux-limite de grains punaisés, fixé à 1% contre 0,5% dans les précédents appels d’offres.  S’agissant des nouveaux pays fournisseurs de l’Algérie en la matière, le cabinet français, expert en stratégies des marchés agricoles et agro-industriels Agritel, cite une liste des pays fournisseurs de l’Algérie en blé pour la période du mois de janvier et février prochain. «Les origines retenues seraient l’Allemagne, la mer Baltique, la mer Noire et peut-être aussi l’Argentine, indique le cabinet Agritel. Ceci semble confirmer la décision de l’Algérie de se détourner des blés français, malgré leur compétitivité», constate le cabinet français.

A. B.